Archive pour avril 2009

L’imagerie pour mieux connaître l’origine d’Alzheimer

Lundi 27 avril 2009

Dans le cadre la Semaine nationale du Cerveau qui s’est déroulée le mois dernier, le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) a dressé un bilan des recherches qu’il mène actuellement sur les différentes maladies du cerveau, et des équipements de pointe qu’il utilise dans ce but. L’imagerie semble être aujourd’hui la meilleure technique pour mieux connaître ces pathologies.
Mieux connaître les maladies du cerveau

Les avancées technologiques constatées dans les domaines de l’imagerie du cerveau et des nanotechnologies permettraient aujourd’hui de mieux comprendre les origines des maladies du système nerveux, comme la schizophrénie, l’autisme, les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer… Une méthode d’imagerie comme la magnétoencéphalographie (MEG), permet par exemple de suivre l’activité du cerveau lors de la lecture de mots ou d’une crise d’épilepsie.

L’exemple de l’autisme

Pour l’autisme, cette maladie qui touche un enfant sur 150 en France, l’imagerie aurait permis de “comprendre ce qui ne va pas”, comme le précise la psychiatre Monica Zilbovicius, directrice de recherche à l’Inserm. Après avoir pratiqué sur des enfants autistes une imagerie nucléaire en 3D, les chercheurs ont pu constater des anomalies dans le lobe temporal, ce qui expliquerait le déficit de la perception des stimuli sociaux. L’autisme n’est donc pas, comme on l’a longtemps considéré, une maladie psychologique, mais bien une anomalie physique.

La création de centres d’essais cliniques

Afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans les maladies cérébrales et donc mieux identifier les zones à traiter, la création d’un centre d’essais sur animaux, le MIRCEN, est prévue avant l’été dans les locaux du CEA à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). Le MIRCEN disposera d’un système d’IRM d’une puissance de 7 teslas (unité de champ magnétique) contre 1 tesla pour les IRM des hôpitaux. Des essais cliniques ont déjà été engagés et les résultats sont attendus pour l’année prochaine. Enfin, en 2011, s’ouvrira à Grenoble le centre Clinatec, destiné aux nanotechnologies pour la santé. D’après le Pr Alim-Louis Benabid de l’académie des sciences, « ce sera le seul centre de ce type sur la planète” !

Alzheimer et la réforme des tutelles

Jeudi 16 avril 2009

La réforme des Tutelles adoptée par la Loi du 5 mars 2007, et entrée en vigueur au 1er janvier 2009, témoigne d’une volonté des pouvoirs publics de mieux respecter les droits de la personne vulnérable, en lui laissant les possibilités que son état peut permettre. Qu’en est-il d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ?

Le mandat de protection future

Au début de la maladie, les patients Alzheimer n’ont que quelques oublis, quelques passages à blancs… Seulement voilà, tout s’accélère et le patient encore conscient, ainsi que ses proches, ont besoin d’être rassurés quant à la protection de sa personne et de ses intérêts. Un jour, le patient aura besoin d’être aidé, assisté dans ses actes de la vie courante, voire dans la gestion de ses affaires patrimoniales. S’il y a encore quelques mois, les biens auraient été gérés par un magistrat, il se trouve qu’aujourd’hui, la réforme des tutelles donne la possibilité à toute personne de désigner celle qui sera en charge de ses intérêts, et donc de prévoir sa « protection future » via un mandat. Autrement dit, une avancée capitale…

Une réforme en réponse au vieillissement de la population

La réforme des Tutelles était pourtant attendue depuis longtemps sur le terrain des praticiens. En effet, les textes n’avaient pas été modifiés depuis une loi de 1968, plus du tout en phase avec la réalité démographique. Aujourd’hui, ce sont plus de 700 000 Français qui sont concernés par des mesures de protection, que ce soit la sauvegarde de justice, la curatelle ou la tutelle (soit 1 % de la population), pour diverses raisons d’incapacité. Selon les statistiques, il s’agira bientôt d’un million de personnes (2012). Avec une maladie d’Alzheimer se développant à grands pas, et le vieillissement de la population tant annoncé, il devenait urgent de modifier le système…

Un soulagement pour les Juges des tutelles
Prenons l’exemple des Alpes-Maritimes : dans ce département, près de 14 000 personnes sont mises sous protection juridique, soit 1,3 % de sa population ! En charge des dossiers : une dizaine de Juges des tutelles seulement ! En effet, les effectifs judiciaires n’ont pas augmenté en même temps que la population concernée depuis plusieurs années. Conséquences : longueur des délais de traitement des dossiers, difficultés de contrôle des mesures, et donc abus de vulnérabilité, escroqueries, etc… Avec la réforme des tutelles, le législateur remet un peu d’ordre en favorisant les mesures contractuelles, comme le mandat de protection future, pour alléger les tribunaux. D’autre part, il prévoit un encadrement strict des gérants de tutelle pour limiter les abus. A suivre…

Alzheimer : une hormone capable d’inhiber la mort des neurones

Lundi 13 avril 2009

L’hormone serait capable d’inhiber la formation des plaques responsables de la mort des neurones

C’est en travaillant sur une hormone impliquée dans la formation des cancers qu’une équipe du CNRS découvre l’action efficace qu’elle pourrait avoir contre la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer : une découverte étonnante

Los d’une recherche effectuée dans le laboratoire du CNRS de Lyon, spécialisé contre les cancers, une découverte fortuite a mobilisé l’attention des scientifiques, dont le biologiste Patrick Melhen. Alors que son équipe étudiait l’action d’une certaine hormone, la netrin-1, les chercheurs se sont aperçus que cette hormone était capable de se fixer sur les neurones. L’expérience a alors été menée sur des souris atteintes d’Alzheimer : en injectant cette hormone, les plaques amyloïdes responsables du développement de la maladie disparaissent, en rétablissant même les fonctions cognitives perdues !

Le rôle de l’APP dans la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est caractérisée par la formation de plaques amyloides dans le cerveau, responsables de la mort progressive des neurones et donc de la dégénérescence de la mémoire. Ces plaques sont le résultat de l’agrégation d’un composé toxique, le peptide amyloïde beta. Ce peptide se développe sur un récepteur de la membrane des neurones appelé APP (Amyloïd protein precursor), victime d’un déréglage de son activité. Existe-t-il des molécules pouvant se lier à l’APP pour réguler cette activité ? En s’attachant à l’APP, une hormone peut éviter le développement du peptide, et donc celui des plaques améloïdes qui détruisent les neurones…

Quelle est donc cette hormone miraculeuse ?

L’équipe de Patrick Mehlen a découvert que la netrin-1, une protéine connue pour intervenir à la fois dans le développement du système nerveux et dans la régulation des cancers, est capable de se lier au récepteur APP, en inhibant la formation du peptide toxique. Après les expériences concluantes menées sur les souris, la netrin-1 serait donc l’hormone prometteuse pour traiter efficacement la maladie d’Alzheimer.

Une découverte en cours d’exploitation

Cette découverte, publiée dans la revue « Cell death and differentiation » de janvier dernier, a déjà fait l’objet d’une licence accordée à une société américaine (NTI Corp). Celle-ci travaille à créer un médicament intégrant les APP pour l’utiliser dans la lutte contre la Maladie d’Alzheimer. Ce qui pourrait aider 25 millions de personnes dans le monde ! A suivre…

l’Association France Parkinson appelle à la mobilisation des malades

Mercredi 8 avril 2009

Les premiers Etats généraux de la maladie de Parkinson

A l’occasion de la journée mondiale contre la maladie de Parkinson, l’Association France Parkinson appelle à la mobilisation des malades et des proches en lançant ses « Premiers Etats Généraux », le 8 avril 2009. Explications.
Mobilisation contre Parkinson
Le 8 avril 2009, à la Maison de la Chimie à Paris, se déroulera le lancement officiel des Premiers Etats Généraux des personnes souffrants de la maladie de Parkinson. De quoi s’agit-il ? Devant l’isolement, l’incompréhension ou même la discrimination, les personnes concernées par la maladie décident de se rassembler pour informer l’opinion publique, mais aussi pour faire pression sur les pouvoirs publics afin d’améliorer leur prise en charge médicale et sociale.

Le programme des Etats Généraux
Suite au lancement du 8 avril, le programme se déroulera donc en trois temps :
- d’avril à juin  2009 : phase d’écoute et d’échanges. Dans plusieurs villes de France, des comités locaux organiseront des rencontres, noteront des témoignages de personnes malades, et présideront des réunions publiques dans 10 grandes métropoles.
- de septembre à novembre 2009 : phase de débats et de concertations. Les malades Parkinson débattront avec les professionnels et les institutionnels (médecins de ville et d’hôpitaux, personnel paramédical, secteur social, responsables politiques) pour exposer leurs « doléances »…
- Dans un an, en avril 2010, les propositions les plus concrètes seront présentées dans un Livre Blanc, transmis aux autorités publiques en charge de la santé. Pour la première fois en France, un document référencera les difficultés de vie, les attentes et les propositions des personnes touchées par la maladie de Parkinson.

Inscriptions et informations : www.franceparkinson.fr

France Alzheimer : appel à projets de recherche

Jeudi 2 avril 2009

L’Association France Alzheimer vient de lancer son 24ème appel à projets pour financer la recherche contre la maladie. Les projets de recherche qui seront ainsi sélectionnés (sciences médicales, humaines et nouvelles technologies) bénéficieront d’un financement de deux ans.

Communiqué de France Alzheimer

L’association France Alzheimer soutient « la recherche depuis plus de vingt ans ». En 2008, elle a permis d’attribuer « 950 000 euros à des projets de recherche de deux ans ». Pour 2009, l’objectif est de financer des équipes de recherche pour un montant de « 1,05 million d’euros », précise-t-on dans le communiqué officiel. L’association souhaite par ailleurs soutenir des projets d’équipes afin de favoriser les partenariats entre laboratoires. Les domaines concernés sont : les sciences médicales, les sciences humaines et les nouvelles technologies (détection précoce…), toutes orientées vers la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

Les objectifs de l’année 2009

Pour 2009, le conseil scientifique de l’Association France Alzheimer a réparti l’appel à projets selon plusieurs thématiques de recherche :

- « sciences médicales » : modèles animaux, physiopathologie de la maladie d’Alzheimer, marqueurs diagnostiques et pronostiques, projets innovants.

- « sciences humaines » : étiologie, prise en charge non médicamenteuse, l’influence de l’entourage et de la société. Disciplines concernées : psychologie, sociologie, anthropologie, philosophie, droit, économie ou linguistique.

- « nouvelles technologies » : projets visant à l’amélioration de l’accompagnement au quotidien des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer réservés à la seule recherche fondamentale.

L’appel à projets en pratique

L’appel à projet France Alzheimer se déroule en plusieurs temps. Après avoir remplies un formulaire, les équipes intéressées et présélectionnées sont ensuite invitées à envoyer un dossier complet. Au final, les équipes sélectionnées recevront un financement de recherche pour deux ans.

Pour plus de renseignements, consultez le site de l’association : www.francealzheimer.org.

Attention : la date limite d’envoi du formulaire est le 6 avril 2009 en sciences médicales et le 10 avril 2009 en sciences humaines et en nouvelles technologies.