Alzheimer sous l’oeil de la vidéo

Dans la recherche constante de solutions de maintien à domicile des personnes âgées, la surveillance vidéo apparait comme un moyen d’assurer leur sécurité tout en rassurant les proches. Un nouveau système de vidéo automatisée vient donc d’être expérimenté auprès de malades Alzheimer. Découverte.

Alzheimer sous surveillance video

Alzheimer sous l’œil de la vidéo Comme dans la célèbre émission de téléréalité Le Loft, il s’agit d’équiper  l’appartement de la personne âgée dépendante de mini-caméras. Par exemple, dans le salon, un mouchard très discret est fixé au mur. La personne atteinte d’Alzheimer n’en a pas vraiment conscience et vit sans avoir l’impression d’être épiée… Mais en fait, l’originalité du dispositif demeure dans le fait que ces caméras ne fonctionnent pas 24h sur 24 ! En effet, elles sont en mode « sommeil » la plupart du temps et ne se déclenchent qu’en cas d’alerte, ou conformément à leur programmation. L’intimité est donc préservée…

Comment ça marche ?

En fonction des habitudes de vie du résident (heures de lever, de coucher, du repas…), les caméras sont programmées pour se mettre en marche automatiquement quelques heures dans la journée. Elles peuvent aussi être déclenchées manuellement par les aidants familiaux. Les séances filmées sont ensuite transmises en simultané par Internet aux bureaux de Link Care Services (LCS). Pendant cette période, un opérateur et un ordinateur « intelligent » veillent à distance sur le résident. Ainsi, l’aidant peut s’offrir quelques temps de répit, sortir faire une course ou honorer ses rendez-vous…

Et en plus, c’est économique !

Présenté pour la première fois le 26 mai 2009 au salon Géront Expo, ce système de surveillance vidéo équipe actuellement l’appartement d’une vingtaine de familles et un seul établissement pour personnes âgées dans la région parisienne. Mais ces caméras sont certainement promises à un brillant avenir… de telle manière qu’elle pourrait aisément remplacer les aidants familiaux en quête de liberté. Le service coûte 6 euros de l’heure : il est donc indéniablement plus économique qu’une dame de compagnie ! Néanmoins, une caméra ne pourra jamais remplacer le contact humain, et toute la dévotion nécessaire pour assurer la toilette ou les repas de la personne dépendante. Pour éviter les abus, la société insiste sur le fait que l’utilisation des caméras est limitée à 4 heures par jour !

Mots-clefs :

Laisser une réponse