Alzheimer, le dur combat des proches

La maladie d’Alzheimer compte aujourd’hui près de 850 000 malades en France. Avec le vieillissement de la population, elle devrait encore prendre de l’ampleur. Toutefois, la maladie fait aussi des victimes collatérales dans les familles où les proches sont les premiers à faire face à la souffrance des patients.

Alzheimer, le dur combat des proches - Sources de l'images:http://www.varmatin.comLa maladie d’Alzheimer entraîne souvent des situations familiales intenables

La maladie d’Alzheimer apporte son lot de difficultés auxquelles les familles doivent faire face chaque jour. Avec l’aggravation des symptômes, l’état des patients nécessite une surveillance quasi permanente. Si les malades souffrent physiquement de leur état, les proches ne sont souvent pas en reste. Soumis à des rythmes et à une pression constante, nombreux sont ceux qui souffrent d’une grande fatigue ou encore d’une véritable détresse psychologique. Ils sont également nombreux à souffrir de dépression. Un état particulièrement difficile à gérer au regard des responsabilités qui leur incombent. Ce n’est souvent que lorsque la situation devient véritablement dangereuse pour le malade et par voie de conséquence pour les proches que la décision de faire appel à une maison de retraite intervient.

Des solutions d’aide souvent insuffisantes

Selon Arlette Meyrieux, présidente de l’association «  France Alzheimer », « ce sont un million de personnes qui galèrent au quotidien ». Les proches de malades d’Alzheimer passent en général entre cinq et dix-sept heures par jour à s’occuper de la personne atteinte. Dans ce cadre, les services d’aide à domicile sont souvent d’une grande aide mais sont financièrement lourds à supporter. Les accueils de jour sont encore restreints et parfois inaccessibles géographiquement pour de nombreux malades. L’association France Alzheimer propose par ailleurs une formation de 14 heures financée par l’état et dispensée par un psychologue et un bénévole permettant d’aiguiller les proches dans la prise en charge du malade.

Les initiatives du plan Alzheimer

Le plan Alzheimer prévoit de mettre en place des structures d’accueil de jour de plus en plus nombreuses. Les premières MAIA (Maisons pour l’Autonomie et l’Intégration des malades d’Alzheimer ) ont récemment vu le jour. Elles constituent un véritable relais pour les familles de malades qui pourront y trouver des nombreuses informations et aussi se faire aider sur les démarches administratives à suivre. Pour le moment, les éléments du plan Alzheimer ne sont encore qu’au stade de l’expérimentation, mais dénote d’un véritable intérêt de l’état pour aider les malades et leurs proches.

Mots-clefs :

Un commentaire sur “Alzheimer, le dur combat des proches”

  1. devilliers dit :

    je vous ecris car je ne sais plus comment aidee mes parents qui s occupent depuis 10ans de ma grand mere maternelle atteinte de la maladie d alzeimer.j essaie de vous expliquer en quelques mots,mes parents s en occupent depuis 10 ans tous les jours meme quand ils partent en vacances ils l emmenent pour ne pas la couper du lien famillial car dans cette maladie on pert vite ses reperes depuis le debut quelques nuits par mois ils la font dormir dans une maison de retraite en accueil de nuit afin de se ressourcer de temps en temps,tout se passait tres bien jusque la mais recemment une nouvelle directrice est arrive et a decide que c,estelle qui devait choisir les nuits et non mes parents pourtant ils la prevenait au mois 1 mois avant,en plus mes parents l emmenent vers 18h apres l avoir fait mange et c est eux qui la couchent pour ne pas deranger le personnel et elle repart le lendemain matin des 9h et nouveaute aussi elle veut en plus d imposer les nuits a mes parents faire payer la journee complete du jour d,arrivee et du jour de depart ce qui veut dire que si ma grand-mere arrive par exemple un lundi soir a 18h et repart le mardi a 9h elle paiera sa nuit ce qui est normal mais elle paiera aussi les journees du lundi et mardi.ma mere parle donc de garder sa maman jours et nuits en abandonnant la maison de retraite mais ca me fait un peu peur qu ils mettent leurs vies entre parentheses a60ans surtout qu il y a des moments ou mes parents depriment meme si je fais de mon mieux pour garder ma grand-mere quand je le peux.alors je vous le demande y a t,il une solution pour des accueils de nuits surtout que l on arrete pas de nous dire a la television,dans les conferences qu ils faut garder les malades le plus possible dans les familles mais ces familles ont aussi besoin de se ressource et avoir des moments a eux pour continuer a s en occuper.aidez moi s il vous plait a trouve une solution merci

Laisser une réponse