Le nombre de malades d’Alzheimer devrait doubler d’ici 20 ans

Une étude réalisée par la Fédération “Alzheimer’s Disease International”  - ADI – évalue le nombre de malades d’Alzheimer dans le monde à 35 millions de personnes. Ce chiffre devrait continuer à progresser dans les années à venir.

Le nombre de malades d’Alzheimer devrait doubler d’ici 20 ans - Source de l'image: http://62.210.126.33:8081/image/image_gallerLe nombre de malades d’Alzheimer en constante augmentation

La Fédération “Alzheimer’s Disease International », qui regroupe pas moins de 70 associations nationales de lutte contre la maladie d’Alzheimer, a récemment publié ses estimations sur le nombre de personnes atteintes par cette pathologie. Selon, l’ADI, ce sont 35 millions de personnes de par le monde qui sont concernés par cette maladie neurodégénérative. L’étude relève également que la maladie d’Alzheimer est loin d’être l’apanage des pays  riches. Près des deux tiers des cas sont relevés dans les régions à faibles revenus où l’accès aux soins est souvent difficile. L’élément qui soulève le plus l’inquiétude est que les évaluations de la fédération sont de 10% supérieures à celles faites précédemment par le milieu  scientifique. Le rapport de l’ADI livre, par ailleurs, des prévisions pour le moins alarmistes. L’incidence de la maladie d’Alzheimer devrait doubler tous les 20 ans. Ainsi, le nombre de personnes atteintes par cette pathologie devrait atteindre 65 millions en 2030 et 115 millions en 2050.

Des mesures à la hauteur du défi
Face au défi que représente l’augmentation massive du nombre de malades d’Alzheimer, l’ADI a publié une série de recommandations à destination de tous les pays :
•    Lancement de plans nationaux contre la maladie, comme c’est déjà le cas en Australie, en Corée du Sud, en France et en Grande-Bretagne.
•    Renforcement de l’investissement dans la recherche médicale
•    Une meilleure formation des médecins généralistes pour aider à réaliser un diagnostic précoce
•    Briser les tabous qui entourent la maladie afin de pousser les personnes potentiellement atteintes à signaler leurs symptômes.
La fédération rappelle que dans les pays développés, le manque d’information autour de la maladie ralentit considérablement l’accès aux traitements.

Laisser une réponse