Reculer l’âge de la retraite pour retarder la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs de l’institut psychiatrique du Kings College de Londres se sont penchés sur le lien potentiel entre le passage à la retraite et le développement de la maladie d’Alzheimer. Leurs recherches ont mis en lumière que plus l’âge du départ à la retraite était tardif, plus la maladie d’Alzheimer tardait à apparaitre.

Reculer l’âge de la retraite pour retarder la maladie d’Alzheimer - Source de l'image: http://www.notre-blog.comL’apparition de la maladie d’Alzheimer retardée par le maintien d’une activité cérébrale

C’est après avoir étudié les dossiers médicaux de 382 sujets que les chercheurs ont pu découvrir un lien pertinent entre l’âge de la prise de la retraite et l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Ils ont notamment noté que les patients qui étaient partis en retraite à un âge avancé étaient aussi ceux dont l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer était survenue le plus tardivement. Plus encore, selon les résultats de la recherche, chaque année de travail supplémentaire permettrait, en moyenne, de faire reculer de six semaines l’apparition des premiers symptômes de la maladie.

Les facteurs qui expliquent ce phénomène
Selon les chercheurs ayant travaillé sur cette étude, les raisons de la corrélation entre l’apparition retardée d’Alzheimer et la continuité d’une activité professionnelle au delà de 65 ans peuvent être multiples. Tout d’abord, le travail par lui-même, aurait pour effet de stimuler le cerveau. Il solliciterait les cellules cérébrales qui seraient donc à même d’opposer une certaine résistance au développement de la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, la présence de pathologies cardiovasculaire, d’hypertension ou encore de diabète peuvent favoriser l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

La stimulation du cerveau semble la clé d’un retard d’apparition de la maladie

Le fait de se lever tôt chaque matin, de travailler ou encore le niveau d’éducation sont autant de facteurs qui semblent, selon les diverses études parues, influer sur le report de développement de la maladie d’Alzheimer. Même si les études n’en sont encore qu’à leurs balbutiements, de plus en plus de chercheurs s’accordent à penser que plus un cerveau est stimulé, plus il entretient des réserves destinées à lutter contre des pathologies liées à la dégénérescence cérébrale. Voici une raison supplémentaire de saisir toutes les occasions de maintenir son cerveau en forme, que ce soit par le travail ou par tout autre stimulation.

Laisser une réponse