« Le manque de moyens consacrés par l’Etat est à l’origine de la maltraitance »

Pour le Docteur Jean Marie Vetel, président du Syndicat National de  Gérontologie, le manque de moyens au service des personnes âgées représente le premier facteur de maltraitance. Les dispositifs humains et financiers mis en place pour les seniors sont insuffisants pour lutter contre les mauvais traitements.

« Le manque de moyens consacrés par l’Etat est à l’origine de la maltraitance » - Source de l'image: http://bellaciao.orgIdentifier la maltraitance

Le Dr Vetel, directeur du service gériatrique du CHU du Mans, souligne les difficultés à identifier l’ensemble des actes de maltraitance envers les personnes âgées. Si la violence physique reste relativement visible, les violences verbales et psychologiques le sont moins. Pour lui, rudoyer ou forcer un senior à faire une chose qu’il ne souhaite pas, même pour son bien, peut signifier le début de la maltraitance.

La maltraitance est due au manque de personnel
Le Dr Vetel estime que le manque de personnel qualifié en maison de retraite est la principale cause de la maltraitance en institution. Le responsable de cette situation étant pour lui l’Etat : l’enveloppe prévue par le gouvernement pour les personnes âgées, en incluant  l’APA, ne permet pas d’avoir suffisamment de personnel pour s’occuper des pensionnaires des maisons de retraite. Il évoque notamment le fait que ce sont souvent des aides ménagères qui sont embauchées pour s’occuper des résidents plutôt que des aides-soignants qualifiés. Pour lui, un ratio de 0.5 soignant par habitant de maison de retraite constitue un minimum acceptable, qui n’est pourtant pas atteint dans de nombreux établissements.

Plus de moyens au service des personnes dépendantes
Pour ce spécialiste de la gériatrie, les actes de maltraitance resteront monnaie courante tant que le problème du financement de la dépendance ne sera pas abordé de manière concrète par le gouvernement. Jean Marie Vetel dit être actuellement en attente de la présentation des mesures prises par l’Etat concernant le « cinquième risque ». Egalement nommé « risque dépendance » ou « risque perte d’autonomie », il s’agit d’un nouveau champ de protection sociale qui doit être mis en place prochainement. Il espère que ce dispositif servira à embaucher plus de personnel soignant qualifié auprès des personnes âgées afin d’éviter que le phénomène de maltraitance ne s’étende.

Un commentaire sur “« Le manque de moyens consacrés par l’Etat est à l’origine de la maltraitance »”

  1. cassegrain dit :

    Selon moi, la première cause de maltraitance n’est pas le manque de moyens, mais le manque d’éducation spécifique du personnel et le manque de considération des personnes âgées dépendantes; le manque de moyens vient après.

Laisser une réponse