La dénutrition, un mal répandu chez les personnes âgées

La proportion de personnes âgées souffrant de dénutrition en France est très préoccupante. Ce problème concerne pas moins d’un demi-million d’aînés, selon un constat dressé lors d’un récent colloque de l’Institut français de la nutrition (IFN) consacré à l’alimentation des personnes âgées. Les malades d’Alzheimer sont plus spécifiquement touchés par ce mal, certains d’entre eux oubliant tout simplement de manger! Les conséquences de la dénutrition sont très néfastes pour la santé des aînés, voire même mortelles, d’où l’importance de savoir dépister à temps les symptômes de ce problème.

La dénutrition: un mal répandu chez les personnes âgées - Source de l'image: http://www.la-croix.com Un manque d’appétit lié au vieillissement
L’appétit et la sensation de soif ont tendance à diminuer sensiblement avec l’âge. Le danger de dénutrition et de déshydratation concerne donc l’ensemble des personnes âgées, aussi bien à domicile qu’en maison de retraite. En France, on estime à 400.000 le nombre d’aînés en maintien à domicile qui souffrent de dénutrition. Entre 100.000 et 200.000 autres personnes âgées hébergés en institutions sont touchées par ce grave problème. Les gériatres soulignent que les aînés récupèrent très difficilement les kilos perdus. En outre, les pathologies telle que la maladie d’Alzheimer accentuent évidemment les risques. Des études cliniques ont également prouvé que la dénutrition constitue un facteur prédictif chez les malades d’Alzheimer. Près de 50 % des patients français atteints auraient sérieusement maigri juste avant d’être diagnostiqués malades d’Alzheimer. D’une manière plus générale, il faut savoir que les conséquences de la dénutrition sont dramatiques pour les personnes âgées de 70 ans et plus: l’amaigrissement augmente les divers risques d’infection, de chutes et de mortalité. Une alimentation insuffisante peut également engendrer une dépression et d’une manière générale accélérer le processus de la dépendance, le corps devenant encore plus fragile et vulnérable aux fractures.

Comment prévenir et dépister la dénutrition chez les aînés ?
Pour éviter la dénutrition, il est impératif de s’assurer que nos aînés mangent trois repas équilibrés par jour, en suivant de préférence les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS). Certaines personnes réalisent malheureusement très tardivement que leurs parents âgés sont devenus dépendants: l’incapacité de faire des courses ou de manipuler les instruments de cuisine peut rapidement plonger ces derniers dans une dangereuse situation de dénutrition. Il est donc indispensable de faire preuve de vigilance! La dénutrition peut notamment être dépistée lorsque l’on observe les symptômes suivants: une perte de deux kilos et plus, un visage qui se creuse, des vêtements devenus soudainement trop amples, un réfrigateur pratiquement vide ou un manque d’appétit chronique. L’amaigrissement n’est heureusement pas irrémédiable s’il est identifié à temps: une complémentation nutritionnelle orale peut s’avérer très efficace pour redresser la situation. Ces mélanges nutritifs complets consommés par voie orale sont particulièrement recommandés pour les malades d’Alzheimer. Mais pour éviter de telles situations inquiétantes, il semble urgent de lancer une campagne nationale de sensibilisation et de prévention contre la dénutrition des aînés.

Laisser une réponse