Plan Alzheimer 2008-2012, un bilan intermédiaire mitigé

Une réunion de suivi du plan Alzheimer 2008-2012 s’est déroulée début février à l’Elysée pour établir un bilan intermédiaire à l’occasion du deuxième anniversaire du lancement de ce plan. Si le Président de la République Nicolas Sarkozy est globalement satisfait des progrès réalisés, il a cependant fait remarquer que de nombreux retards avaient été enregistrés dans la mise en œuvre des principales mesures prônées par le plan.

Plan Alzheimer 2008-2012 : un bilan intermédiaire mitigé - Source de l'image: http://www.rfi.frL’Elysée se félicite des progrès enregistrés…
Le président de la République Nicolas Sarkozy a organisé début février 2010 à l’Elysée une réunion de suivi du Plan Alzheimer 2008-2012, deux ans après son lancement officiel. Les principaux ministres, associations et acteurs concernés ont été convoqués pour dresser un état des lieux de l’application des 44 mesures prévues dans le cadre ce plan. Le chef de l’Etat a évoqué les progrès réalisés au cours de ces deux années, notamment au niveau de la recherche, de l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge de la maladie. Nicolas Sarkozy s’est notamment félicité des 61 projets de recherches en cours. Le président s’est par ailleurs réjoui de l’excellent maillage des lieux de diagnostic (hôpitaux, neurologues libéraux) sur toute la France. D’autres réalisations du plan ont été évoquées : notamment la mise en place de onze plateformes de répit pour les familles, la création de 40 équipes de services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), ou encore l’instauration de formations de 14 heures pour les aidants familiaux.

Des retards déplorés par l’association France Alzheimer
Cependant, l’image n’est pas entièrement positive. « C’est tout de même un comble d’avoir alloué des sommes pour le plan Alzheimer qui, aujourd’hui, ne sont pas utilisées par manque de projets », a tonné le président Sarkozy. Ce dernier n’est pas le seul à faire ce constat. La présidente de l’association France Alzheimer, Arlette Meyrieux, a elle aussi dénoncé les retards dans la mise en place de plusieurs mesures destinées à améliorer la qualité de vie des personnes âgées et de leurs aidants. Mme Meyrieux a déploré notamment que le nombre de places en hébergement temporaire et en accueil de jour n’ait pas atteint l’objectif fixé par le plan Alzheimer. Elle a noté que la situation dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) était encore plus lamentable : seulement 200 unités en cours d’aménagement sur les 12 000 prévues par le plan. Des retards ont également été pris dans la formation des professionnels du soin spécialisés dans la maladie d’Alzheimer. A qui la  faute ? Les autorités de tutelle et les régions s’accusent mutuellement. En attendant, les personnes souffrantes et leurs proches attendent toujours la réalisation de ces projets critiques pour améliorer les soins et la prise en charge des malades d’Alzheimer.

Laisser une réponse