Alzheimer précoce , la vie de la plus jeune malade de France

Fabienne a 44 ans. Épouse comblée, et mère de trois enfants, elle aurait tout pour être heureuse. Mais depuis sept ans, un mal invisible la ronge, la maladie d’Alzheimer. Cette pathologie, à laquelle on associe souvent les personnes âgées, peut parfois apparaitre à un âge très précoce. L’apparition subite de la maladie d’Alzheimer bouleverse la vie de toute une famille.

Fabienne Piel 44 ans - Source de l'image : http://1.bp.blogspot.comLe quotidien complexe d’une famille touchée par Alzheimer

Préparer un repas ou s’habiller sont des gestes banals qu’on exécute souvent automatiquement. Il n’en va pas de même pour Fabienne, atteinte de la maladie d’Alzheimer avant même d’avoir quarante ans. Pour elle,  les tâches les plus simples nécessitent désormais concentration et aide-mémoire. Pour pallier à ces oublis fréquents,  la maison est parsemée de listes et post-It. Heureusement Fabienne peut compter sur l’aide précieuse de son mari et de Mireille, son auxiliaire de vie, qui l’aident quotidiennement dans sa lutte contre Alzheimer. Ses enfants, encore adolescents à l’annonce du tragique diagnostic, craignent qu’un jour leur mère ne les oublie. Comme Patrick, leur père, ils vivent pour l’instant au jour le jour cette situation dans laquelle les rôles s’inversent. Désormais, ce sont eux qui doivent veiller sur leur maman. Si la maladie d’Alzheimer est une lourde épreuve pour la famille de Fabienne, elle est aussi l’occasion pour ses membres de se témoigner amour et solidarité.

L’évolution inexorable de la maladie d’Alzheimer
Trois fois par an, Fabienne consulte son neurologue pour évaluer la progression de la maladie d’Alzheimer. Chaque visite montre malheureusement une aggravation des symptômes. Il est de plus en plus difficile pour elle de reconnaître l’usage de certains objets et d’imprimer de nouveaux souvenirs. Par conséquent, son naturel gai et enthousiaste laisse parfois place à l’angoisse et la confusion. Fabienne cherche alors des moments d’apaisement, qu’elle  trouve en compagnie des animaux, sa passion. A leur contact, les gestes sont instinctifs, et la mémoire n’est pas un obstacle au bonheur. Patrick essaie quant à lui d’adoucir le quotidien en emmenant chaque année sa femme en vacances à l’étranger. Ces souvenirs sont matérialisés dans les nombreuses photos et films qu’ils réalisent. Lui aussi se refuse à songer aux difficultés futures. Leur unique espoir face à la maladie d’Alzheimer repose sur les progrès de la science.

Laisser une réponse