L’insuline inhalée pourrait-elle soigner la maladie d’Alzheimer ?

De plus en plus d’études montrent que l’état de santé général et la maladie d’Alzheimer sont intimement liés. Maintenant, des chercheurs américains ont testé l’effet de l’insuline administrée sous la forme d’un spray nasal à des personnes atteintes d’Alzheimer. Les résultats préliminaires de l’équipe de l’université de Washington sont encourageants, même s’ils ne suffisent pas pour parler de percée vers un nouveau traitement de la maladie d’Alzheimer.

L'insuline inhalée pourrait-elle soigner la maladie d'Alzheimer ? - Source de l'image :http://www.santelog.com/Insuline et Alzheimer, y a-t-il vraiment une relation ?
Le journal on-line USA Today rapportait récemment les résultats d’une étude sur l’effet de l’insuline administrée par voie nasale à des personnes atteintes d’une forme modérée de la maladie d’Alzheimer. L’étude, réalisée par des chercheurs de l’Université de Washington, a été présentée à la Conférence internationale sur la maladie d’Alzheimer qui s’est tenue à Honolulu en juillet dernier à l’initiative de l’Association Alzheimer.

Elle suggère que les personnes à risque et les malades atteints d’un début d’Alzheimer pourraient tirer un certain bénéfice de l’inhalation d’insuline deux fois par jour. “Nous pensons que les personnes âgées atteintes d’Alzheimer profitent de la reprise du fonctionnement normal de l’insuline dans le cerveau”, explique la scientifique Suzanne Craft. Et d’ajouter que l’inhalation d’insuline permet d’atteindre des régions du cerveau touchées par la maladie d’Alzheimer. Cette étude renforce l’hypothèse selon laquelle il y aurait un rapport entre la maladie d’Alzheimer et la résistance à l’insuline.

Le diabète comme facteur de risque d’Alzheimer
Dans la nouvelle étude, 109 adultes atteints de déficit cognitif léger ou d’une forme modérée de la maladie d’Alzheimer ont été partagés en trois groupes, recevant soit un placebo, soit un traitement de 20 ou 40 UI/jour d’insuline par voie nasale, pendant quatre mois. Les chercheurs ont découvert que dans les groupes recevant de l’insuline, les résultats aux tests de mémoire et aux tests fonctionnels s’étaient largement améliorés en comparaison avec le groupe recevant le placebo. Les effets du traitement ont continué pendant deux mois après la fin du traitement. Cependant les patients Alzheimer n’ont pas vu s’améliorer leurs capacités dans les tâches quotidiennes qu’ils avaient du mal à effectuer à cause de la maladie.

“Nous prenons petit à petit conscience que le diabète, le syndrome métabolique, l’obésité et l’hyperglycémie sont des facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer et de la perte de mémoire liée à l’âge”, explique le Dr R. Scott Turner, directeur du Programme des troubles de mémoire à la Faculté de médecine de l’Université de Georgetown. Ce dernier a reconnu que les effets des inhalations d’insuline, déjà approuvées pour d’autres indications, devaient encore être étudiés avant d’élaborer un traitement de la maladie d’Alzheimer.

Laisser une réponse