Alzheimer - Les hommes sont davantage touchés par les problèmes de mémoire

Les hommes et les femmes inégaux devant la maladie d’Alzheimer ? Les chiffres officiels montrent effectivement que les femmes seraient légèrement plus touchées par la maladie d’Alzheimer que les hommes. Paradoxalement, ces derniers seraient 1,5 fois plus sujets aux troubles cognitifs légers. C’est en tout cas ce que révèle une étude scientifique menée par des chercheurs de la Mayo Clinic. Ces conclusions surprenantes, parues dans la dernière édition de la revue scientifique américaine Neurology, offrent une nouvelle approche de la maladie Alzheimer.

Alzheimer : Les hommes sont davantage touchés par les problèmes de mémoire - Source de l'image : http://alavotre.blog.lemonde.fr/Les femmes restent davantage touchées par Alzheimer
L’étude de la Mayo Clinic a été menée auprès d’une cohorte de 2 050 personnes âgées de 70 à 89 ans, vivant dans l’Etat du Minnesota. Les participants ont d’abord répondu à un questionnaire portant sur leurs antécédents médicaux. Ils ont ensuite subi des tests afin d’évaluer leur mémoire et leur capacité de raisonnement.
Ces analyses ont révélé que près de 14 % des participants souffrent de troubles cognitifs modérés. Près de 10 % sont atteints de troubles cognitifs sévères apparentés à Alzheimer. Par ailleurs, 76 % de ces personnes possèdent une mémoire et un intellect considérés comme normaux.
19 % des hommes présentent une déficience cognitive légère, contre seulement 14 % de femmes.
Les auteurs de l’étude ne cachent pas leur surprise. Les hommes sont bien plus fréquemment touchés que les femmes par les troubles cognitifs modérés, alors que les femmes sont plus nombreuses à souffrir d’Alzheimer.

Les troubles cognitifs associés ou non à Alzheimer gagnent du terrain
Les auteurs expliquent que les hommes pourraient subir un déclin cognitif à un âge plus jeune, mais celui-ci serait plus progressif. Les femmes, quant à elles, passeraient brusquement d’un stade cognitif normal à des troubles sévères à un âge plus avancé. Il faut aussi souligner que le taux de déficience était plus élevé chez les individus présentant un faible niveau scolaire  (30 % chez celles ayant suivi moins de 9 ans de scolarité, contre 11 % chez celles ayant suivi moins de 16 ans de scolarité) ainsi que chez les personnes n’ayant jamais été mariées.
En additionnant le taux de personnes souffrant d’une déficience cognitive légère (16 %) au taux de personnes  présentant des troubles plus sérieux tels que la maladie d’Alzheimer (10 à 11 %), il est possible de constater que 25 % ou plus des individus âgés de 70 ans et plus sont atteints de troubles cognitifs de gravité différente. Ces chiffres ont un impact important sur le plan économique, sans parler des répercussions sur le quotidien de ces individus et de leurs proches. Par conséquent, il devient urgent de développer des thérapeutiques permettant d’enrayer de manière précoce ces troubles.

Laisser une réponse