Alzheimer - Un tournoi d’échecs contre la maladie

Les initiatives les plus originales se multiplient pour contrer la maladie d’Alzheimer. Seize joueurs d’échecs, russes et français, s’affronteront amicalement lundi et mardi pour un concours sans précédent. Ce tournoi n’est pas une simple manifestation culturelle de soutien à Alzheimer. Il a pour but d’étudier le lien de corrélation entre la pratique des échecs et la prévention de la maladie d’Alzheimer. Les joueurs vont se soumettre à des tests neuropsychologiques sous le contrôle de deux médecins, spécialistes de la maladie d’Alzheimer. Grâce aux moyens technologiques actuels, le tournoi s’effectuera à distance, entre Nice et Moscou.

Alzheimer : Un tournoi d'échecs contre la maladieLes échecs pour la prévention d’Alzheimer
Pour la première fois, un tournoi d’échecs est organisé pour étudier les effets des échecs, jeu cérébral par excellence, et la maladie d’Alzheimer, une maladie en pleine expansion dans les pays industrialisés.
La finale du tournoi, qui se déroulera le mardi,  suivra un protocole très précis. Les seize joueurs, huit russes et huit français, seront équipés de capteurs sensoriels, dont les résultats seront analysés par les spécialistes.
“Les données scientifiques sur les joueurs, tant en termes émotionnels que physiologiques, seront recueillies et analysées par les Pr Vladimir Zakharov, de la Première université d’Etat de médecine de Moscou-Setchenov, et Philippe Robert, du CHU de Nice” a précisé l’Ambassade de France en Russie.

Une collaboration franco-russe contre Alzheimer

Les matchs seront commentés par deux grands champions de la discipline, le Russe Anatoli Karpov à Nice, et le Français Joël Lautier à Moscou, a indiqué dans un communiqué l’Ambassade. Cet événement est organisé dans le cadre de l’année de rapprochement des liens entre la France et la Russie.
Ce projet innovant est organisé sous le haut patronage des ministères de la Santé russe et français et de la “mission Alzheimer”, et en partenariat avec les fédérations nationales des échecs.
Des études scientifiques précédentes ont prouvé que la pratique de loisirs cérébraux, comme les échecs, seraient capable de retarder l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés chez les personnes âgées.
Selon les prévisions actuelles de l’association Alzheimer’s Disease International, le nombre de malades d’Alzheimer et de pathologies apparentées devrait doubler en 20 ans dans le monde, passant de 35,6 millions aujourd’hui à 65,7 millions en 2030.

Laisser une réponse