Archive pour la catégorie ‘alzheimer’

Alzheimer - Un nouveau test de dépistage précoce

Lundi 10 janvier 2011

Une équipe scientifique américaine vient de mettre au point un test permettant le dépistage sanguin de la maladie d’Alzheimer. De précédents travaux avaient déjà émit la possibilité d’une détection précoce d’Alzheimer, mais cette technologie paraît bien plus prometteuse. En effet, l’examen, rapide et indolore pourrait aider au dépistage d’autres maladies. Les conclusions de l’étude sont parues dans la revue américaine Cell.

Dr Thomas Kodadek, du Scripps Research Institute - Source de l'image : http://www.utsouthwestern.eduUne simple prise de sang pour détecter Alzheimer
Le Dr Thomas Kodadek, du Scripps Research Institute de Floride a mis le doigt sur une découverte qui pourrait bien révolutionner les techniques de dépistages actuelles de certaines maladies. La terrible maladie d’Alzheimer, qui touche 25 millions de personnes dans le monde serait détectable facilement, par une simple prise de sang, tout comme la maladie de Parkinson, et encore d’autres pathologies. Ce test pourrait non seulement être utile aux patients soucieux de savoir s’ils sont atteints ou non d’Alzheimer, mais il pourrait aussi être intéressant pour les laboratoires pharmaceutiques. Ces derniers recherchent constamment des patients à des stades précoces d’Alzheimer afin de tester l’efficacité de médicaments tout au long de l’évolution de la maladie. Ce processus sera donc grandement facilité.

Des molécules synthétiques pour repérer Alzheimer
La technologie utilisée dans ce nouveau test sanguin est innovante. Elle fonctionne en détectant les anticorps produits par l’organisme, tels que l’immunoglobuline. Ces anticorps sont repérés grâce à des molécules synthétiques appelées peptoides. Le protocole de l’étude a d’abord porté sur des souris atteintes de la sclérose en plaques et sur un groupe témoin de souris saines. Par la suite, une cohorte de 18 patients, un tiers atteint d’Alzheimer, un tiers atteint de Parkinson et un tiers en bonne santé s’est prêtée aux tests. Les auteurs de cette étude paraissent très confiants, et pensent par ailleurs que cette découverte pourrait permettre de détecter certains cancers à des stades très précoces.

Un concert en faveur des malades d’Alzheimer à Wassy

Lundi 3 janvier 2011

Pour les fêtes de fin d’année 2010, la commune de Wassy en Haute-Marne a accueilli un magnifique concert en faveur des malades d’Alzheimer. Les artistes venus chanter bénévolement pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer ont littéralement conquis l’auditoire, par leur prestation de très grande qualité. Les bénéfices de la soirée seront reversés à l’association ‘’La Belle Epoque’’ qui œuvre en faveur des familles touchées par la maladie d’Alzheimer.

Un concert en faveur des malades d’Alzheimer à Wassy- Source de l'image : http://www.lepost.fr/Des chanteurs bénévoles contre Alzheimer
Le 25 décembre dernier, la Forgerie à Wassy a accueilli  des centaines de spectateurs, venus de toute la région  Champagne-Ardenne pour ce concert spécial pour la lutte contre Alzheimer. Le public a pu applaudir les fabuleux artistes appartenant au collectif  ” Les Marguerites”. Les chanteurs ont répondu présent à l’appel de l’association ‘’La Belle Epoque’’, très active dans la lutte contre la terrible maladie d’Alzheimer. Ainsi, les voix de Cédric O’Heix, Michaël Miro et Cyril Paulus ont retenti dans la salle, entraînant avec eux des spectateurs enthousiastes. Il faut dire que les chanteurs ont déjà fait vibrer des millions de cœurs. Demi-finaliste de la Nouvelle Star en 2008, le talent de Cédric O’Heix se confirme, tout comme Michael Miro dont le dernier album est un succès. Enfin, Cyril Paulus, qui a composé la chanson phare ‘’Être à la hauteur’’ de la comédie musicale ‘’Le Roi Soleil’’ excelle également sur scène.

Ne pas oublier les aidants de malades d’Alzheimer
A la fin du concert, les membres de l’association locale France Alzheimer 52 ont pris la parole pour rappeler le rôle primordial des accompagnants de malades d’Alzheimer. Afin de parfaire leur connaissance de la maladie et faciliter la prise en charge au quotidien, les aidants de malades d’Alzheimer ont été conviés à une formation spécifique organisée par l’association.
Les artistes, se sont prêtés au jeu de la signature d’autographes pour le plus grand plaisir du public.
En ce lendemain de Noël, le symbole est fort : main dans la main, les stars de la chanson française disent non à la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer - Préparer Noël à l’accueil de jour

Mardi 28 décembre 2010

Les fêtes de fin d’année sont des moments de joie qui sont sources d’émotions pour chacun d’entre nous, comme pour les malades d’Alzheimer. Ainsi, l’ambiance festive se retrouve aussi bien à la maison, que dans les lieux d’accueil destinés aux malades d’Alzheimer. Les activités autour de ce thème font parfois remonter de lointains souvenirs à l’esprit des malades d’Alzheimer. A l’accueil de jour de la Buissaie, près d’Angers, on n’a pas lésiné sur les préparatifs de Noël pour ravir les participants.

Alzheimer : Préparer Noel à l’accueil de jour - Source de l'image : http://www.info07.com/Fêter Noël en dépit d’Alzheimer
Céline Le Mercier, responsable du centre d’accueil de jour Alzheimer de la Buissaie a mis l’accent sur le thème de Noël et de la fin d’année. Ainsi, depuis le premier dimanche de décembre, qui marque le début du calendrier de l’Avent, les malades d’Alzheimer accueillis au centre de la Buissaie ont pu profiter d’activités diverses et variées : chants de Noël, sorties, ateliers manuels etc. Ce leitmotiv festif s’est ainsi retrouvé dans les animations pendant près d’un mois. La directrice du centre constate que le thème de Noël plaît toujours aux personnes âgées. En dépit de la maladie d’Alzheimer, chacun garde un lien émotionnel avec cet évènement. Il est donc nécessaire de le souligner chaque année.

Les bénévoles œuvrent pour les malades d’Alzheimer
A l’accueil de jour, les personnes atteintes d’Alzheimer se sont attelées à la décoration des locaux. Malgré cette terrible pathologie, de nombreuses personnes âgées conservent un goût pour la décoration. Un atelier cuisine a également eu lieu pour préparer des pâtisseries. Par ailleurs, la sortie au cirque d’hiver franco-italien Beautour a été un succès auprès de ces individus touchés par la maladie d’Alzheimer. Ce spectacle a plongé les anciens dans la magie de Noël. Enfin, il est indispensable de noter la participation de Jeanine et Louis, tous deux bénévoles à l’association France Alzheimer 49, qui ont emmené un groupe admirer le carillonneur de Douai. Leur générosité et celle des professionnelles du centre ont été la clé de la réussite des préparatifs de Noël.

Alzheimer, une étude de cas unique

Lundi 20 décembre 2010

Les chercheurs de l’Institut Karolinska viennent de publier une étude de cas sur le parcours d’un patient de 56 ans. Cet homme, atteint de la maladie d’Alzheimer a été suivi tout au long du développement de la maladie. Il a subit de nombreux examens de son vivant, et son corps a été autopsié après son décès. C’est la première fois que les scientifiques parviennent à mener un suivi aussi précis sur un individu atteint de la maladie d’Alzheimer. Les conclusions de ces travaux devraient permettre aux chercheurs de progresser dans l’élaboration de traitements contre la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer: une étude de cas unique - Source de l'image : http://us.123rf.com/Un suivi sans faille du malade d’Alzheimer
Pour la première fois dans l’histoire de la science, le cerveau du malade d’Alzheimer a été examiné au PET Scan tout au long du développement de la maladie et après le décès du patient. L’un des symptômes caractéristiques d’Alzheimer est la présence de protéines bêta-amyloïdes dans le cerveau. Leur accumulation provoque la formation de plaques amyloïdes. Cependant, on ignore si ces plaques sont à l’origine de la maladie d’Alzheimer ou une simple conséquence. On s’interroge aussi sur leur rôle dans les modifications cérébrales qui surviennent suite au développement de la maladie. L’analyse du cerveau du malade, débutée en 2002 permet de répondre à certaines de ces interrogations. Elle donne une image très claire de la manière dont la maladie d’Alzheimer se développe chez l’humain. Ainsi, les analyses prouvent que des concentrations élevées de plaques amyloïdes ont été découvertes dès les premières phases de la maladie d’Alzheimer, lorsque le patient ne souffre que de pertes de mémoire modérées.

Alzheimer et les récepteurs nicotiniques
Au cours du développement de la maladie d’Alzheimer, les niveaux observés sont demeurés inchangés. Pourtant, le métabolisme énergétique du cerveau a baissé significativement, de même que la mémoire s’est détériorée. L’étude a en outre mis en évidence un aspect méconnu de la maladie en montrant que l’accumulation des plaques amyloïdes se conjugue avec la réduction du nombre de récepteurs nicotiniques neuronaux dans le cerveau. Ces récepteurs interviennent à plusieurs niveaux et jouent une fonction essentielle dans la mémorisation. L’étude montre que ces récepteurs sont touchés de manière précoce dans le développement de la maladie, ce qui explique que les pertes de mémoires soient les premiers symptômes. Par ailleurs, les atteintes inflammatoires ont été constatées dans des zones cérébrales où les plaques amyloïdes étaient en présentes en faible concentration. Ceci qui indiquerait que la neuro-inflammation liée à la maladie d’Alzheimer pourrait ne pas être liée à l’accumulation des fameuses plaques amyloïdes.

Le fardeau économique de la maladie d’Alzheimer

Lundi 13 décembre 2010

L’expansion de la maladie d’Alzheimer au Canada entraîne des conséquences économiques inquiétantes. Dans ce pays, le coût de la maladie est estimé à 15 milliards de dollars par an (2008), un chiffre qui ne fait qu’augmenter au fil du temps. Les prévisions en effet pessimistes, ne seront révisées que grâce aux éventuelles avancées thérapeutiques contre la maladie d’Alzheimer. Dans cette optique, le laboratoire pharmaceutique Pfizer Canada et l’Université McGill se sont alliés pour faire avancer la recherche sur Alzheimer. Une chaire professorale, avec pour responsable John Breitner, éminent épidémiologiste et psychiatre, a été créée. Le scientifique travaillera à l’identification des facteurs de risque et de la prévention.

Le fardeau économique de la maladie d’Alzheimer - Source de l'image :http://4.bp.blogspot.com/ L’objectif: diminuer le coût d’Alzheimer de 25%
Le coût économique actuel de 15 G de la maladie d’Alzheimer, pourrait atteindre 153 milliards de dollars en 2038 selon la Société Alzheimer du Canada, soit un coût multiplié par dix. Pendant ce temps, le nombre de malades d’Alzheimer sur cette période devrait plus que doubler, passant du demi-million (120 000 au Québec) à 1,1 million d’ici 30 ans.
Si la recherche progresse, le poids financier pourrait diminuer d’un quart.
La création de la chaire représente donc un espoir immense comme le précise Rémi Quirion, vice-doyen aux affaires stratégiques de l’Université McGill.
Afin de parvenir à cet objectif ambitieux, la chaire universitaire se penchera sur le fonctionnement du mécanisme de défense du cerveau, qui sécrète des substances destinés à le protéger. Les premières études se traduiront par des travaux comparatifs avec plusieurs groupes de personnes à risque. Leur seront administrés des doses (assez faibles) de médicaments pour comparer leur impact sur la maladie d’Alzheimer.

La recherche au service des malades d’Alzheimer et de la société
Paul Lévesque, président de Pfizer Canada, déclare que sa société ne cherche pas à s’octroyer un avantage concurrentiel sur d’éventuels traitements contre Alzheimer avec ce partenariat.
«Absolument pas, répond-il. Nous n’avons pas de propriété intellectuelle ou la capacité de diriger la recherche du Dr. Breitner. Je pense que ça prouve notre engagement à servir la cause des sciences de la vie à Montréal. C’est tout le milieu scientifique international qui doit en bénéficier.»
M. Lévesque a tout de même espoir de pouvoir utiliser les résultats des chercheurs de McGill une fois qu’ils seront rendus publics. «L’Alzheimer a été identifiée comme un des axes de recherche primordiaux. C’est un fléau international. Notre lot est la recherche et l’on veut s’assurer de servir la cause de nos sociétés.»

Alzheimer - Un tournoi d’échecs contre la maladie

Lundi 6 décembre 2010

Les initiatives les plus originales se multiplient pour contrer la maladie d’Alzheimer. Seize joueurs d’échecs, russes et français, s’affronteront amicalement lundi et mardi pour un concours sans précédent. Ce tournoi n’est pas une simple manifestation culturelle de soutien à Alzheimer. Il a pour but d’étudier le lien de corrélation entre la pratique des échecs et la prévention de la maladie d’Alzheimer. Les joueurs vont se soumettre à des tests neuropsychologiques sous le contrôle de deux médecins, spécialistes de la maladie d’Alzheimer. Grâce aux moyens technologiques actuels, le tournoi s’effectuera à distance, entre Nice et Moscou.

Alzheimer : Un tournoi d'échecs contre la maladieLes échecs pour la prévention d’Alzheimer
Pour la première fois, un tournoi d’échecs est organisé pour étudier les effets des échecs, jeu cérébral par excellence, et la maladie d’Alzheimer, une maladie en pleine expansion dans les pays industrialisés.
La finale du tournoi, qui se déroulera le mardi,  suivra un protocole très précis. Les seize joueurs, huit russes et huit français, seront équipés de capteurs sensoriels, dont les résultats seront analysés par les spécialistes.
“Les données scientifiques sur les joueurs, tant en termes émotionnels que physiologiques, seront recueillies et analysées par les Pr Vladimir Zakharov, de la Première université d’Etat de médecine de Moscou-Setchenov, et Philippe Robert, du CHU de Nice” a précisé l’Ambassade de France en Russie.

Une collaboration franco-russe contre Alzheimer

Les matchs seront commentés par deux grands champions de la discipline, le Russe Anatoli Karpov à Nice, et le Français Joël Lautier à Moscou, a indiqué dans un communiqué l’Ambassade. Cet événement est organisé dans le cadre de l’année de rapprochement des liens entre la France et la Russie.
Ce projet innovant est organisé sous le haut patronage des ministères de la Santé russe et français et de la “mission Alzheimer”, et en partenariat avec les fédérations nationales des échecs.
Des études scientifiques précédentes ont prouvé que la pratique de loisirs cérébraux, comme les échecs, seraient capable de retarder l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés chez les personnes âgées.
Selon les prévisions actuelles de l’association Alzheimer’s Disease International, le nombre de malades d’Alzheimer et de pathologies apparentées devrait doubler en 20 ans dans le monde, passant de 35,6 millions aujourd’hui à 65,7 millions en 2030.

La Société Alzheimer du Québec oeuvre pour les malades

Lundi 29 novembre 2010

La Société Alzheimer du Québec, ne cesse d’œuvrer faveur des familles et des malades, par la mise en place de diverses actions. Le centre d’accueil de jour l’Intemporel, connaît un fort succès auprès des malades d’Alzheimer du secteur. La Société Alzheimer, qui célébrera ses 25 ans prochainement, souhaiterait ouvrir une seconde structure. Malheureusement, le coût d’un tel projet paraît pour l’heure trop élevé au vu des finances de l’organisme. Un appel est lancé.

La Société Alzheimer du Québec œuvre pour les malades - Source de l'image : http://www.societealzheimerdequebec.com/Le succès de l’accueil de jour pour malades d’Alzheimer
Les malades d’Alzheimer nécessitent un encadrement spécifique, convenant à l’évolution rapide des symptômes de la maladie. Or, à domicile, les aidants ne sont pas toujours en mesure de mettre en place des activités stimulantes et un suivi médical adapté. C’est pourquoi les familles de malades d’Alzheimer sont souvent ravies de se voir proposer des structures d’accueil spécifiques, qui peuvent répondre aux besoins ponctuels des malades et de leurs proches. Ce répit est indispensable pour poursuivre un accompagnement à domicile dans de bonnes conditions. C’est l’idée proposée par l’Intemporel, une structure au nom évocateur, vouée a l’accueil de jour des malades d’Alzheimer et troubles apparentés. L’établissement, qui n’était au départ qu’un projet pilote, s’est rapidement vu assailli de demandes, si bien qu’il est désormais ouvert 3 journées par semaine au lieu d’une.

Des projets pour créer des structures en faveur des malades d’Alzheimer

Pour la modique somme de 10$ par jour, les personnes âgées peuvent bénéficier d’activités stimulantes, choisies en fonction du profil des patients, ainsi que d’un repas. Ceci permet aux aînés malades de conserver un lien social de qualité et de sortir de l’ennui.
Seule une faible proportion du financement de la Société Alzheimer de Québec est assurée par des aides publiques. L’essentiel provient de donateurs privés et des bénéfices d’activités organisées par l’organisme, comme la Marche de la mémoire, une manifestation qui se déroulera le 29 mai 2011. Les organisateurs attendent beaucoup de cette 5ème édition, dont les fruits permettront peut être de mettre en place d’autres projets en faveurs des malades d’Alzheimer. Les personnes souhaitant y participer sont invitées à s’inscrire, sur le site internet de l’association (www.societealzheimerdequebec.com).

Alzheimer - une simple marche pour garder la mémoire

Jeudi 25 novembre 2010

L’exercice intellectuel retarderait la maladie d’Alzheimer, mais l’exercice physique aussi. C’est en tout cas ce qu’affirme une équipe de chercheurs de l’Université de Pittsburgh aux Etats-Unis, qui a réalisé une étude scientifique destinée à mesurer le lien de corrélation entre la mémoire et la pratique d’une marche sportive. Les conclusions, publiées le mois dernier dans la célèbre revue américaine Neurology, montre que marcher à raison de dix kilomètres par semaine est un moyen efficace de garder une bonne mémoire. Une autre manière de retarder les effets de la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer : une simple marche pour garder la mémoire - source de l'image : http://img.over-blog.com/Diminuer les effets d’Alzheimer
Kirk Erickson, appartenant à l’Université de Pittsburgh, est le responsable de cette étude sur l’Alzheimer. Il déclare : « en vieillissant, la taille de notre cerveau diminue, ce qui peut entrainer des problèmes de mémoire. Au vu de nos résultats, nous pensons que faire pratiquer des exercices physiques à des personnes âgées bien encadrées devraient permettre de réduire le risque de développer des démences ou la maladie d’Alzheimer ».
Les chercheurs d’Outre-Atlantique ont suivi une cohorte de 300 individus âgés de 65 ans et plus. Ces derniers ne présentaient au début de l’étude aucun trouble cognitif ou apparentés à Alzheimer. Ils ont du relevé le nombre de kilomètres hebdomadaires qu’ils parcouraient à pied… Neuf ans plus tard, les scientifiques ont réalisé un scanner sur les cerveaux des participants pour en mesurer la taille.

10 km par semaine pour lutter contre Alzheimer
Les conclusions sont édifiantes. Les spécialistes ont alors constaté que les personnes âgées qui pratiquaient des marches régulières (de 10 à 15 km par semaine) avaient gardé davantage de matière grise (couche supérieure du cerveau qui contient une formidable concentration de neurones) que ceux qui marchaient moins de 10 km par semaine.
Quatre ans après ce premier test, les participants ont subi un examen médical poussé pour vérifier s’ils avaient oui ou non développer des troubles liés à Alzheimer. Les chercheurs ont alors noté que les marcheurs assidus présentaient deux fois moins de probabilités de voir leurs aptitudes cérébrales diminuer que les autres.
Les bienfaits de l’exercice physique sont connus de tous. Cette nouvelle étude vient encourager les individus à pratiquer la marche non plus seulement pour garder la forme, mais pour se prémunir de la maladie d’Alzheimer. Ce sport, gratuit et respectueux de l’environnement devrait faire de plus en plus d’adeptes.

Alzheimer - Décrire les symptômes par un DVD

Lundi 15 novembre 2010

Le ministère de la santé et des sports et le secrétariat d’Etat chargé des aînés, auprès du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, viennent d’éditer un DVD à destination des soignants travaillant au contact de personnes âgées atteintes d’Alzheimer. Ce support a pour but de soutenir le personnel dans l’accompagnement des personnes âgées souffrant d’Alzheimer, évoluant dans le cadre des structures UHR (unité d’hébergement renforcé), PASA (pôles d’activités et de soins adaptés) ou USLD. Le DVD décrit les symptômes de la maladie d’Alzheimer et leur évolution.

Alzheimer : Décrire les symptômes par un DVD - Source de l'image : http://www.mypharma-editions.com/Évaluer les besoins du malade d’Alzheimer
Le DVD est le fruit du travail de l’équipe du centre mémoire de ressources et de recherche (CM2R) du centre hospitalier universitaire de Nice. Il a été réalisé à partir de situations concrètes,  qui sont vécues quotidiennement par les malades d’Alzheimer. Ce DVD présente ainsi les principales lignes de l’inventaire neuropsychiatrique pour l’équipe soignante (NPI– ES). Par conséquent, il constitue un outil de formation très utile pour les professionnels concernés par les soins aux individus souffrant de la maladie d’Alzheimer.
L’Inventaire Neuropsychiatrique (NPI) est un document qui a pour but de recueillir des informations sur l’existence de troubles du comportement chez des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentée.  Le NPI à destination des équipes soignantes (NPI-ES) a été spécialement développé pour l’évaluation des patients vivant en institution. Il peut être utilisé de deux manières : par un évaluateur externe à la structure qui va réaliser l’évaluation avec un membre de l’équipe, ou bien directement par un membre de l’équipe. L’évaluation  doit être en mesure de déterminer la fréquence, la gravité et l’impact de la pathologie d’Alzheimer sur les activités du malade.

Mettre en place une prise en charge adaptée au malade d’Alzheimer

L’étape suivante est l’interprétation des résultats par les soignants. L’évaluation des symptômes psychologiques et comportementaux doit permettre le partage de l’information avec les autres membres de l’équipe ainsi que les proches du patient, afin de mettre en place une prise en charge adaptée. La diffusion de cette vidéo entre dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012, dont l’un des objectifs est la construction d’un parcours de soin personnalisé, du diagnostic jusqu’à l’accueil en institution. Aujourd’hui, 800.000 Français sont  touchés par la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Et malheureusement, seuls 450.000 bénéficient d’un suivi médical adapté et 300.000 font l’objet d’une prise en charge pour cause d’affection longue durée (ALD). Ce support est distribué par les agences régionales de santé sur demande, et il peut être visionné sur les sites du ministère de la santé et des sports, du plan Alzheimer 2008-2012, du ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique, et bien sûr sur le site du CM2R de Nice.

Maladie d’Alzheimer - La ville de Toulouse organise la lutte

Lundi 8 novembre 2010

Du 3 au 5 novembre dernier, Toulouse accueillait le congrès mondial sur les essais thérapeutiques consacré à la maladie d’Alzheimer. Cette initiative s’ajoute à sa candidature  comme Institut hospitalo-universitaire (IHU), ce qui ferait de la ville rose le leader national en gérontologie et en maladie d’Alzheimer. L’ouverture de ce CTAD (clinical trails on Alzheimer’s Disease), a été largement salué par le professeur Vellas, président de l’association internationale de gérontologie et gériatrie.

La multithérapie pour soigner Alzheimer

La semaine dernière, des chercheurs du monde entier, spécialistes de la maladie d’Alzheimer se réunissait pour partager les avancées thérapeutiques suite aux essais cliniques menés dans différents pays au cours de l’année. Certaines de ces expérimentations pourraient prochainement changer la prise en charge de la maladie d’Alzheimer. Paul Aisen, membre du comité d’organisation, est très optimiste. “Il est possible que nous ayons une avancée majeure dans les deux ans, et très probable d’ici à 10 ans” a-t-il déclaré.La piste la plus prometteuse pourrait être une association de plusieurs médicaments. En effet, le Pr Françoise Forette, directrice de la fondation nationale de gérontologie mise sur la combinaison de diverses molécules, ce qui n’est pas sans rappeler le mode de thérapie utilisé pour soigner d’autres pathologies. “On va sans doute vers une multithérapie comme pour le sida ou le cancer”, selon elle.

Toulouse bientôt pôle d’excellence dans la recherche contre Alzheimer ?

Cette voie, qui va sans doute être explorée très prochainement, s’ajoute aux autres espoirs de thérapies développées par les scientifiques, comme les travaux sur la célèbre protéine tau, ou encore  se penchera sur les molécules destinés à renforcer le cerveau pour le rendre plus résistant aux agressions. Les essais de ce type de soin, appelé immunothérapie, sont en phase avancée, et devraient permettre aux chercheurs de livrer rapidement leurs conclusions. Le scientifique américain Michael Weiner, place beaucoup d’espoirs dans ce traitement.
A l’échelle nationale, ce congrès montre une fois de plus que Toulouse possède les ressources nécessaires pour devenir un centre national consacré au vieillissement et à la maladie d’Alzheimer. Malgré le travail formidable réalisé depuis trois ans au sein de son gérontopôle, Jean-Jacques Romatet, directeur du CHU, souhaite aller plus loin. Il espère faire partie des 5 IHU sélectionnés par le gouvernement, qui pourront grâce à une généreuse enveloppe, faire progresser la recherche contre Alzheimer. Réponse en février 2011…