Archive pour la catégorie ‘alzheimer’

Une piste encourageante dans le traitement d’Alzheimer

Jeudi 28 janvier 2010

Un scientifique français a fait des progrès intéressants dans la recherche de traitements des démences liées à la vieillesse. Le professeur Etienne-Emile Baulieu a en effet découvert une protéine qui pourrait permettre de lutter contre l’accumulation anormale dans le cerveau de la protéine Tau responsable de la maladie d’Alzheimer. Si les recherches sont probantes, un diagnostic précoce pourrait être élaboré dans les trois ans, en attendant de trouver un moyen de stimuler la protéine anti-tau pour prévenir ou soigner la maladie.

Une piste encourageante dans le traitement d'Alzheimer - Source de l'image: http://medias.lemonde.fr Une “arme anti-tau” pour lutter contre Alzheimer

Le professeur Etienne-Emile Baulieu, 83 ans, inventeur de la pilule du lendemain et de la pilule de jouvence (DHEA), n’a pas fini de nous surprendre. Le scientifique a annoncé avoir trouvé une piste dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, qui touche quelque 800 000 Français et près de 26 millions de personnes dans le monde. Partant du constat qu’une accumulation anormale de la protéine tau dans les cellules nerveuses est à l’origine de plusieurs maladies dégénératives, l’équipe française de l’Inserm a étudié l’interaction d’une autre protéine sur la macromolécule tau. Le Professeur Baulieu a montré que la protéine FKBP52, présente naturellement dans le cerveau, empêche la formation de plaques de peptide tau. Ce sont justement ces plaques qui perturbent l’activité des cellules nerveuses et provoquent des pathologies dites tauopathies, telle la maladie d’Alzheimer. En identifiant une présence trop faible de protéine FKBP52 dans le cerveau, il serait ainsi possible de prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Vers l’élaboration d’un diagnostic précoce dans les trois ans ?
Il ne s’agit certes que d’une piste, mais le professeur Baulieu est confiant que sa découverte a de bonnes chances de permettre un diagnostic précoce de la maladie.
En effet, les signes biochimiques comme le manque de protéine FKBP52 apparaissent près de quinze ans avant les symptômes d’Alzheimer. En décelant à temps un déficit de cette protéine dans le cerveau de leur patient, les médecins disposeraient d’une sérieuse longueur d’avance pour prévenir la maladie par un dosage de protéine FKBP52 dans le sang. En outre, la protéine FKBP52 pourrait par la suite être stimulée par association avec des molécules pharmaceutiques décuplant son action inhibitrice sur le peptide tau. Ainsi “boostée”, la protéine pourrait prévenir, soigner ou du moins retarder le développement de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Pour poursuivre ses recherches, le professeur Baulieu a besoin de 5 millions d’euros sur trois ans. Pierre Bergé, qui soutient également la lutte contre le sida, s’est engagé à aider le scientifique au cours des cinq prochaines années.

Canada, des bracelets GPS pour les malades d’Alzheimer

Mercredi 27 janvier 2010

La police de Montréal envisage sérieusement de distribuer à titre préventif des bracelets GPS aux personnes atteintes de la maladie Alzheimer. Cette initiative fait suite au décès dramatique d’une femme âgée souffrant d’Alzheimer, portée disparue en novembre 2009, dont le corps sans vie a été retrouvé dans la neige.

Canada : des bracelets GPS pour les malades d’Alzheimer - Source de l'image: http://www.7sur7.beDes malades qui disparaissent…

Les malades atteints d’Alzheimer sont enclins à la fugue et à la disparition. Parfois ils se perdent, oublient leur chemin et ne savent plus comment revenir à leur domicile ou leur maison de retraite. Leurs disparitions de personnes âgées désorientées sont très préoccupantes, autant pour leurs proches que pour le personnel des établissements d’hébergement. D’après les spécialistes des pathologies liées à Alzheimer, si l’on n’a pas retrouvé une personne disparue dans les douze heures qui suivent sa disparition, elle a une chance sur deux d’être morte ou blessée.

GPS et bracelets pour une meilleure sécurité des malades

Pour éviter ces disparitions inquiétantes, certaines maisons de retraite ont également décidé d’équiper leurs résidents de GPS ou de bracelets de surveillance. Le principe est le même : l’objectif principal est de pouvoir localiser les personnes âgées rapidement. Certains bracelets de surveillance peuvent même donner des renseignements sur l’état de santé de la personne : ces dispositifs permettent notamment d’identifier une respiration ou une tension artérielle anormale. La France et la Canada, petit à petit, voient dans les nouvelles technologies un réel progrès qui peut améliorer la vie des malades et de leurs proches.

Manipulation génétique pour retarder Alzheimer ?

Lundi 25 janvier 2010

Martin Holzenberger est à la tête d’une équipe de chercheurs américains, français et israéliens réunis pour tenter de ralentir l’arrivée de la maladie d’Alzheimer en agissant sur le processus de vieillissement. Des manipulations génétiques couronnées de succès ont déjà été tentées sur des souris. Les souris ont vu leur durée de vie augmenter et l’apparition de la maladie retarder ! La clef de la solution pourrait se trouver dans l’inhibition du gène des récepteurs à l’IGF1 (Insuline Like Growth Factor).

Manipulation génétique pour retarder Alzheimer ? - Source de l'image: http://www.internethaber.com/Accroître l’espérance de vie tout en évitant la maladie d’Alzheimer
Les personnes âgées dépendantes, pour la grande majorité, sont frappées par la maladie d’Alzheimer. L’équipe de Martin Holzenberger, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (l’Inserm U948), travaille sur des manipulations génétiques qui tendraient à rallonger la vie tout en ralentissant l’arrivée des premiers symptômes de dégénérescence cellulaire. Pour cela il faudrait bloquer le gène des récepteurs à l’IGF1, un facteur de croissance influent sur la résistance au stress, le vieillissement et la durée de vie.

Aujourd’hui des souris, demain des hommes ?
Des expériences concluantes ont été tentées sur des souris, des insectes et des vers, mais l’homme arrivera t-il à vivre plus vieux tout en évitant l’écueil de la maladie d’Alzheimer ? Des équipes de chercheurs travaillent sur les inhibiteurs de l’IGF1 depuis plusieurs années, dans le cadre de la recherche contre le cancer. Mais ces résultats sur des souris pourraient aussi éclairer d’un jour nouveau la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Un nouvel espoir de vieillir mieux et moins vite, de vivre plus longtemps sans maladie ? L’espérance est depuis toujours le moteur qui conduit les progrès de l’humanité.

Des ondes de téléphones portables pour lutter contre Alzheimer !

Mercredi 20 janvier 2010

Une récente étude américaine affirme que les ondes électromagnétiques des téléphones portables pourraient retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer et même améliorer la mémoire. Publiées dans le Journal of Alzheimer Disease, ces constatations pour le moins surprenantes ne manquent pas d’agiter les communautés scientifique et médicale.

Des ondes de téléphones portables pour lutter contre Alzheimer ! - Source de l'image:http://medias.lepost.frDes ondes électromagnétiques plus bénéfiques que dangereuses ?
On les croyait dangereuses pour la santé, et voilà que testées sur des souris les ondes de téléphones portables entraîneraient la régression ou l’arrêt des symptômes de la maladie d’Alzheimer ! Ce sont des chercheurs américains de Floride qui sont à l’origine de cette découverte. D’après leur rapport, certaines souris auraient même vu leur mémoire s’améliorer singulièrement. En outre, aucune apparition de symptômes du cancer n’a été constatée à l’issue de cette expérience sur ces rongeurs.

Des souris et non des hommes…
Les souris génétiquement manipulées pour porter la maladie d’Alzheimer ont été soumises à des rayonnements électromagnétiques, plusieurs heures par jour, pendant huit mois.  “Si on peut déterminer la bonne fréquence électromagnétique pour empêcher efficacement l’accumulation d’amyloïde dans le cerveau, cette technologie pourrait rapidement s’appliquer au traitement d’Alzheimer chez l’homme” déclare un des chercheurs. Toujours est-il que l’organisme humain est loin d’être totalement similaire à celui des souris. Et cette découverte devrait encore faire l’objet de nombreuses controverses dans le monde scientifique avant qu’on puisse en tirer de véritables conclusions pratiques pour le traitement médical de la maladie d’Alzheimer.

Manipulation génétique pour retarder Alzheimer ?

Lundi 18 janvier 2010

Martin Holzenberger est à la tête d’une équipe de chercheurs américains, français et israéliens réunis pour tenter de ralentir l’arrivée de la maladie d’Alzheimer en agissant sur le processus de vieillissement. Des manipulations génétiques couronnées de succès ont été tentées sur des souris. Les souris ont vu leur durée de vie augmenter et l’apparition de la maladie retarder ! La clef de la solution pourrait se trouver dans l’inhibition du gène des récepteurs à l’IGF1 (Insuline Like Growth Factor)…

Manipulation génétique pour retarder Alzheimer ? - Source de l'image:http://upload.wikimedia.orgAccroître l’espérance de vie sans attraper la maladie d’Alzheimer…
Les personnes âgées dépendantes, pour la grande majorité, sont frappées par la maladie d’alzheimer. L’équipe de Martin Holzenberger, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (l’Inserm U948) travaille sur des manipulation génétiques qui tendraient à rallonger la vie tout en ralentissant l’arrivée des premiers symptômes de degenerescence cellulaire. Pour cela il faudrait bloquer le gène des récepteurs à l’IGF1. Ce facteur de croissance aurait une influence sur la résistance au stress, le vieillissement et la durée de vie.

Aujourd’hui des souris, demain des hommes ?
Des expériences concluantes ont été tentées sur des souris, des insectes et des vers, mais l’homme arrivera t-il à vivre plus vieux tout en évitant l’écueil de la maladie d’Alzheimer ? Des équipes de chercheurs travaillent sur les inhibiteurs de l’IGF1 depuis plusieurs années. D’abord dans la recherche contre le cancer mais ces résultats sur des souris pourraient éclairer d’un jour nouveau la lutte contre la maladie d’alzheimer. Un nouvel espoir de vieillir mieux et moins vite, de vivre plus longtemps sans maladie ? L’espérance est depuis toujours le moteur qui conduit les progrès de l’humanité.

Un nouveau dispositif de gérontechnologie pour les malades d’Alzheimer

Lundi 11 janvier 2010

La société Link Care Services (LCS) a développé un système novateur de vidéosurveillance et d’assistance spécifiquement conçu pour les malades d’Alzheimer et leurs aidants.  Véritable innovation mondiale pour les personnes en perte d’autonomie, ce dispositif de gérontechnolologie assure la sécurité des malades et le répit de leurs accompagnants grâce un système de surveillance automatique combiné avec une centrale humaine.  Link Care Services s’est vu décerné en novembre 2009 le Grand Prix “Technologie-Autonomie” offert par le groupe Malakoff Médéric aux meilleures innovations en gérontechnologie.

link-care-serviceSécuriser le malade en préservant son intimité
Face à lourde responsabilité que représente l’accompagnement au quotidien d’une personne atteinte de maladie d’Alzheimer, la société Link Care Services (LCS) a voulu créer un système qui allégerait la tâche des aidants familiaux ou professionnels. Il s’agissait de développer un dispositif de gérontechnologie plus efficace qu’une simple téléassistance, celle-ci étant insuffisante pour assurer une véritable sécurisation du malade durant les moments d’absence de l’aidant. Les créateurs de LCS, Richard Saccone et Laurent Hirsh, ont alors décidé de créer un système de vidéosurveillance garantissant le respect de l’intimité des malades.
Cet objectif a été atteint en combinant le génie informatique avec une centrale de surveillance humaine: les images diffusées par les capteurs vidéo installés dans le lieu de vie (exceptés les toilettes/ salles de bain) sont ainsi analysées en permanence par un système informatique automatique capable d’identifier les situations anormales telles que les chutes ou une immobilité prolongée. La centrale humaine de LCS n’observe les images qu’en cas d’alerte, afin d’analyser la gravité de la situation et avertir l’aidant ou les secours si nécessaire. En outre, l’aidant est libre à tout moment d’activer ou de désactiver le système autonome de surveillance.

Un précieux répit pour les aidants
Le dispositif de gérontechnologie de Link Care Services permet aux aidants de malades d’Alzheimer de se reposer, d’aller faire des courses ou de s’aérer en toute quiétude. En activant le système avant de s’absenter, ils peuvent compter sur la vigilance du dispositif de vidéosurveillance pour les alerter en cas de problème. Le personnel d’assistance de LCS a également la possibilité d’entrer en conversation directe par haut-parleur avec le malade resté à domicile, afin de mettre au clair toute situation suspecte détectée par le système informatique. Tout ce dispositif efficace permet d’accorder un précieux répit à l’aidant, ce qui préserve sa santé et contribue naturellement aussi au bien-être du malade d’Alzheimer maintenu à domicile. Mais le système LCS est aussi conçu pour les EHPAD et maisons de retraite: le dispositif de vidéosurveillance se révèle notamment très utile pour garantir la sécurité des patients confiés durant la nuit et améliorer la rapidité d’intervention du personnel d’accompagnement en cas de problème.

Un film turc émouvant sur la maladie d’Alzheimer

Mercredi 6 janvier 2010

Beaucoup de familles peinent à assumer la maladie d’un proche atteint d’Alzheimer. Ce problème est traité de façon fort poignante et humaine dans le film “La Boîte de Pandore”, réalisé par la cinéaste turque Yes̨im Ustaoğlu. Diffusé actuellement dans les salles de cinéma en Europe, ce drame touchant donne au grand public une précieuse occasion de comprendre les difficultés, les sentiments, l’impuissance et la détresse des personnes atteintes d’Alzheimer et de leurs proches.

Un film turc émouvant sur la maladie d'Alzheimer - Source de l'image: http://www.rfi.frUne charge lourde à porter, en Occident comme en Orient
Au cœur de ce long métrage (112 min.) figurent les trois générations d’une famille turque, dont les préoccupations sont très similaires à celle de toute famille occidentale moyenne. La grand-mère dans un village de montagne non loin des côtes de la Mer Noire, tandis que ses enfants et petits-enfants résident à Istanbul. Mais un jour, la famille apprend que la grand-mère est portée disparue. Elle est heureusement retrouvée après d’intenses recherches mais il s’avère alors que sa “fugue” est due à la maladie d’Alzheimer, ce qui signifie qu’il est inconcevable de la laisser retourner vivre seule au village. Le choc est difficile pour ses enfants, deux filles et un fils tous d’âge mûr, envahis d’un profond sentiment d’impuissance. Les tentatives pour garder chez eux en alternance leur mère désorientée engendre des conflits et tensions qui ouvrent “la Boîte de Pandore” des problèmes familiaux…

Un petit-fils au secours de sa grand-mère
Les conflits familiaux aboutissent à la décision de placer la grand-mère atteinte d’Alzheimer dans une clinique pour déments. C’est à ce moment là que le petit-fils prend le relais de la deuxième génération, dépassée par les événements. Avant que la grand-mère soit installée dans cette institution, le jeune adolescent se promène longuement avec elle sur le bord de la plage d’Istanbul. Une relation particulière commence à s’établir entre la vieille dame et son petit-fils. Ce dernier décide ensuite de la kidnapper de la clinique pour la ramener dans son village. Tout au long du film, la compréhension entre la grand-mère et le petit-fils s’intensifie au point qu’ils n’ont même plus de besoin de parler pour communiquer. Le jeune garçon apprend à l’accepter telle qu’elle est et tous deux vivent très bien la situation. Le film “La Boîte de Pandore” est sans aucun doute une belle leçon d’amour qui devrait aider la société à développer une meilleure sensibilité pour les aînés atteints de la maladie d’Alzheimer.

Des cadeaux adaptés pour les malades d’Alzheimer

Lundi 4 janvier 2010

Noël est passé mais il est toujours temps d’offrir des cadeaux à ses proches… et plus particulièrement à ses proches atteints d’Alzheimer. Tout le monde a droit à un cadeau, pour autant que celui-ci soit adapté à la personne aimée…

http://cache.20minutes.fLa maladie n’empêche pas les cadeaux, au contraire !
Lorsque les personnes sont en début de maladie le mieux que vous pouvez faire c’est de les aider à garder le plus d’autonomie possible. Pensez alors à des cadeaux qui leur faciliteront la vie : des vêtements plus faciles à enfiler et à enlever, des images ou logos pour identifier les pièces de la maison, des lumières qui se déclenchent et s’éteignent automatiquement ou encore une grande horloge à aiguille. Pensez aussi à faire plaisir tout en leur ravivant la mémoire qui commence à s’estomper : c’est le moment des dvd favoris, des cd de musique d’antan, des jeux de société, des livres illustrés, des cadres de photos de famille et des peintures guidées…


Lui transmettre de l’amour

Et même si votre proche est très atteint, il peut sentir l’affection et l’amour que vous lui portez. Trouvez des cadeaux qui lui feront du bien, qui aviveront ses sens : une couverture ou un châle particulièrement doux, une séance de massages relaxants, de la musique agréable, des photos de paysages époustouflants, un délicieux repas ou une ballade au bord de la mer. A vous de jongler entre ses goûts que vous connaissez bien et ses capacités actuelles.

Quand on aime, on trouve toujours le moyen de faire plaisir !

Grande rencontre France Alzheimer le 16 Décembre 2009 à Toulouse

Mercredi 16 décembre 2009

Ce 16 Décembre 2009 auront lieu les rencontres France Alzheimer au Centre des Congrès Pierre Baudis à Toulouse. Psychiatres, neurologues connus, gérontologues, chercheurs et docteurs en philosophie se pencheront ensemble sur la maladie d’Alzheimer. Ils feront un bilan des dernières découvertes, débattrons des problématiques actuelles que soulève la maladie, que ce soit pour les malades comme pour leur entourage, et ils proposeront de nouvelles solutions.

Grande rencontre France Alzheimer le 16 Décembre 2009 à Toulouse - Source d'image:Grande rencontre France Alzheimer le 16 Décembre 2009 à Toulouse - Source d'image: http://www.actualites-news-environnement.comUne rencontre interactive autour de la maladie d’Alzheimer

Cette rencontre débutera en matinée par une série de conférences sur le thème de la prise en charge des malades d’Alzheimer par des aidants familiaux, suivies de témoignages de personnes atteints de la maladie. Suivra ensuite une interlocution sur le soutien à la recherche apporté par l’association France Alzheimer. Deux ateliers au choix seront ensuite proposés à l’assistance l’après-midi: Le premier atelier portera sur la prise en soin en général avec des sujets aussi divers que les principes de fonctionnement des établissements spécialisés Alzheimer, la sexualité des malades d’Alzheimer et le travail de l’aidant, un travail de fourmi souvent trop peu reconnu. Le second atelier sera axé sur l’avancée de la recherche sur la maladie, avec des prises de parole sur l’actualité de la recherche scientifique, la démence sémantique et l’imagerie.

La maladie d’Alzheimer identifiable par test sanguin ?

Lundi 14 décembre 2009

Serait-il possible de détecter la maladie d’Alzheimer en effectuant un simple test sanguin ?
C’est en tout cas ce qu’affirme la société Exonhit Therapeutics, après avoir présenté début décembre 2009 un nouveau produit révolutionnaire,  le “test AclarusDX”.  Le taux de réussite de ce test sanguin pour identifier la maladie d’Alzheimer serait de 80 %, selon le communiqué d’Exonhit. Autorisé uniquement pour la recherche dans un premier temps, le nouveau test devra être couplé par les questionnaires habituels employés par les neurologues pour vérifier les symptômes d’Alzheimer.  La société biopharmaceutique souligne que le test AclarusDX a été développé sous la supervision d’un Conseil scientifique composé de cinq spécialistes renommés en neurologie et gériatrie.

La maladie d'Alzheimer identifiable par test sanguin ? - Source de l'image: http://www.lepoint.fUne longue procédure d’autorisation pour le grand public
Les neurologues et leurs patients devront patienter encore longtemps avant de pouvoir bénéficier du test AclarusDX pour détecter plus rapidement la maladie d’Alzheimer. Le nouveau test n’est actuellement disponible que sous le statut “Research Use Only” (RUO). Ce terme signifie que seuls les centres universitaires de recherche et les laboratoires pharmaceutiques sont autorisés à l’utiliser pour effectuer des essais cliniques. Cette autorisation limitée n’entame en rien l’enthousiasme du Docteur Loïc Maurel, Président du directoire d’ExonHit Therapeutics, pour qui le test AclarusDX constitue déjà “un formidable atout pour l’industrie pharmaceutique”.  Selon le Dr. Maurel, le nouveau test sanguin devrait sensiblement simplifier l’identification de malades d’Alzheimer recherchés pour expérimenter les nouvelles avancées thérapeutiques. Jusqu’à présent, les laboratoires de recherche sur la maladie d’Alzheimer avaient recours à l’imagerie cérébrale ou au prélèvement de liquide céphalo-rachidien pour recruter des patients prêts à aider la science.  Deux procédés nécessitant des infrastructures spéciales disponibles principalement dans les grands centres hospitaliers. Grâce au nouveau test AclarusDX, même les centres de recherche éloignés des grands hôpitaux pourront désormais identifier des malades d’Alzheimer au moyen d’une simple prise de sang. D’après les responsables d’Exonhit, le test sanguin devrait aussi permettre de cerner une population plus homogène de patients concernés, ce qui devrait améliorer la qualité des essais cliniques.

Premières discussions pour légaliser la commercialisation
La société Exonhit Therapeutics a entamé les premières discussions avec les autorités américaines (FDA) pour faire avancer la procédure de commercialisation du test AclarusDX. Des pourparlers similaires doivent également débuter avec les pays de l’Union européenne. Ce n’est que lorsqu’il sera enregistré officiellement en tant que produit “diagnostic in vitro” (IVD) que le nouveau test sanguin pourra être utilisé par les médecins pour diagnostiquer des patients susceptibles de souffrir de la maladie d’Alzheimer. Une fois ces procédures achevées, la société Exonhit prévoit de commercialiser le test AclarusDX au prix d’environ 600 euros. Profitant de l’attention médiatique suscitée par ce nouveau produit, la société biopharmaceutique a également annoncé de sérieux progrès dans le développement de ses programmes thérapeutiques pour la maladie d’Alzheimer. Il s’agit plus particulièrement du projet surnommé “EHT 0202″. Il ne reste qu’à souhaiter la réussite de ces recherches dans l’espoir de voir émerger bientôt de nouveaux traitements efficaces contre cette terrible maladie.