Alzheimer : Une journée pour les aidants en Dordogne

31 mars 2010

L’association France Alzheimer Dordogne a organisé samedi 20 mars une journée de soutien destinée aux aidants familiaux des malades d’Alzheimer de Dordogne. Cette rencontre a eu lieu au Centre de la communication de Périgueux.  Elle avait pour objectif d’offrir les outils nécessaires à l’amélioration du quotidien du malade et de son entourage, par le biais de divers points d’informations et conférences.

Alzheimer : Une journée pour les aidants en Dordogne - Source de l'Image : http://www.capgeris.comLe département de la Dordogne fortement touché par Alzheimer
La journée soutien aux aidants a été l’occasion de présenter aux malades et à leurs familles les associations et autres services locaux chargés d’accompagner les familles frappées par la maladie. Les participants ont également pu assister à des conférences leur permettant d’élargir leurs connaissances sur la pathologie d’Alzheimer, pour mieux réagir aux symptômes parfois déroutants de leurs proches malades, telles que l’agressivité ou les fugues. Michelle Morales, présidente de l’antenne France Alzheimer Dordogne, insiste sur une meilleure sensibilisation du public car les besoins dans la région sont importants. En effet, le département compte entre 5000 et 8000 personnes atteints de la maladie d’Alzheimer, alors que l’association ne recense que 220 membres! Trop de familles touchées restent dans le déni de la maladie, seules face à leurs douloureux problèmes. Elles attendent  d’être dans l’impasse pour prendre enfin contact avec les associations. Du temps et de l’énergie précieuse sont ainsi gaspillés, alors que des solutions existent!

L’objectif de France Alzheimer Dordogne: aider les aidants
Les aidants familiaux sont souvent confrontés à de lourdes charges. Ils doivent non seulement faire face à la prise en charge physique et psychologique du proche, mais également se soucier des questions financières et administratives. Ces tâches et responsabilités dépassent souvent la capacité d’une seule personne. Cependant, l’attachement affectif entre les patients et leurs aidants familiaux entraîne ces derniers à dépasser leurs limites : il est malheureusement fréquent de voir des aidants sombrer dans la fatigue et la dépression. Pour épauler ces individus en difficultés et prévenir ces drames, l’association France Alzheimer Dordogne propose désormais un programme en cinq phases, permettant d’appréhender au mieux les brusques changements qui accompagnent l’évolution de la maladie. Une préparation bien nécessaire pour gérer plus sereinement une aggravation de la dépendance ou une entrée en maison de retraite.

Liban - des formations pour la prise en charge des malades d’Alzheimer

29 mars 2010

L’association Alzheimer Liban a amorcé au mois de mars une série d’ateliers de formation, destinés à mieux sensibiliser le personnel soignant à la prise en charge spécifique des patients atteints d’Alzheimer. La présidente de l’organisme, Diane Mansour admet que les carences actuelles nuisent à la qualité des soins qui sont apportés au malade. Par conséquent, elle souhaite faire évoluer le regard des infirmiers libanais face à la maladie d’Alzheimer.

Liban: des formations pour améliorer la prise en charge des malades d'Alzheimer - Source de l'Image : http://melanieinfirmiere.blog.mongenie.comBriser les tabous autour de la maladie d’Alzheimer
Les familles sont souvent elles-mêmes embarrassées devant les comportements parfois gênants de leurs proches atteints d’Alzheimer, car le grand public libanais est peu informé sur cette pathologie, pourtant de plus en plus courante. Quant aux soignants, ils ignorent la plupart du temps les gestes et comportements à adopter avec le patient atteint d’Alzheimer. Celui-ci, parfois confus et désorienté, risque d’extérioriser son sentiment d’insécurité par une attitude défensive, qui risque malheureusement d’être perçue par l’infirmier comme une agression personnelle. Dans ces conditions, il paraît impossible d’établir une communication de qualité! Les soins prodigués s’en ressentent, alors qu’une meilleure connaissance de l’Alzheimer aurait évité de pénibles moments, humiliants pour le patient. Or, il convient de rappeler que malgré la maladie la personne atteinte d’Alzheimer demeure un individu doté d’une histoire et d’une sensibilité qu’il est fondamental de respecter.

Formation pour une meilleure qualité des soins au malade d’Alzheimer

Avec l’appui du comité scientifique de l’hôpital Notre-Dame du Liban, l’association Alzheimer-Liban a organisé au mois de mars la première session de formation, au sein de l’Université libano-allemande. Ce premier rendez-vous, intitulé ”Pour une meilleure qualité des soins au malade d’Alzheimer” a suscité beaucoup d’intérêt puisque 126 infirmiers et infirmières ont fait le déplacement. Les représentants de trois grands hôpitaux étaient également présents. Au cours de cette séance, le Dr Nabil Naja, vice-président de l’association, a dans un premier temps présenté aux participants les symptômes caractérisant la maladie ainsi que le schéma de son évolution. Ensuite, le spécialiste a décrit les gestes et comportements à adopter face à un patient atteint d’Alzheimer. Cette formation concerne les infirmiers de tous les services hospitaliers car contrairement à l’Europe, le Liban ne dispose pas d’unités gériatriques spécialisées dans la prise en charge d’Alzheimer.

La testostérone biodisponible protègerait de la maladie d’Alzheimer

24 mars 2010

D’après une étude exposée lors de la 25e Conférence d’Alzheimer’s Disease International, la testostérone biodisponible (BT) est un important facteur diminuant le développement de la maladie d’Alzheimer chez les hommes. Des chercheurs de l’Université de Hong Kong ont suivi 153 seniors non atteints de la maladie d’Alzheimer pour observer l’influence de la testostérone sur le développement de la maladie.

Dr Leung-Wing Chu - Source de l'Image : http://www.socialwork.hku.hkUne étude sur l’influence de la testostérone sur la maladie d’Alzheimer
La 25e conférence internationale d’Alzheimer’s Disease International a eu lieu du 10 au 13 mars 2010 à Thessalonique, en Grèce. Le Dr Leung-Wing Chu du département de médecine de l’Université de Hong Kong a présenté à cette occasion les résultats d’une étude de cohorte sur l’influence de la testostérone biodisponible (BT) dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. Le scientifique chinois et ses collègues ont fait des recherches sur les éventuels effets protecteurs des taux de testostérone totale (TT) et de BT contre le risque de développer la maladie d’Alzheimer chez les hommes. Les chercheurs ont observé pendant un an 153 seniors chinois, non diagnostiqués comme souffrant de la maladie d’Alzheimer. Des analyses de sang ont été effectuées pour déterminer les taux de TT et de BT des patients. Au cours de cette étude, 6,5 % des seniors suivis ont développé la maladie d’Alzheimer.

L’effet protecteur de la testostérone biodisponible
Des analyses de régression logistique à plusieurs variables ont permis de distinguer plusieurs variables indépendantes jouant un rôle sur le développement de la maladie d’Alzheimer. Ces variables sont les taux de testostérone biodisponible, la pression artérielle systolique et le génotype de l’apolipoprotéine E4. Les chercheurs ont découvert que le taux de base du sérum de testostérone biodisponible avait un effet protecteur contre le développement de la maladie d’Alzheimer, avec un risque relatif de 0,22. En revanche, la pression systolique et l’ApoE E4 sont des facteurs augmentant les risques de développer cette démence, avec des risques relatifs de 1,04 et 5,04 respectivement. Le Dr Chu a conclu sa présentation en soulignant que la testostérone biodisponible représentant un puissant facteur protecteur contre le développement de la maladie d’Alzheimer chez les hommes chinois en bonne santé. Cette découverte devrait certainement contribuer aux efforts pour développer de nouveaux traitements de prévention contre la maladie d’Alzheimer.

Ordonnances mal expliquées - un danger pour les personnes âgées

22 mars 2010

Un sondage réalisé fin février révèle qu’en région parisienne seuls 37 % des patients seraient satisfaits des explications données par le médecin sur l’ordonnance. Ce chiffre est inquiétant car l’usage inapproprié de médicaments peut avoir des conséquences dramatiques pour la santé du patient. Ce problème est d’autant plus critique lorsqu’il s’agit de personnes âgées, plus susceptibles  de commettre des erreurs par manque de directives claires du médecin concernant la prise de médicaments.

Ordonnances mal expliquées : un danger pour les personnes âgées - Source de l'Image : http://www.bundesregierung.deAméliorer la communication entre patient et médecin
Les médecins de la région parisienne ne prennent souvent pas le temps d’expliquer leurs ordonnances aux patients. Telle est la constatation émanant d’un sondage Europe1/Doctissimo effectué fin février par l’Institut Vision Critical, à l’occasion du Congrès des médecins généralistes (Medec). En effet, seuls 37 % des personnes interrogées en région parisienne se sont déclarés satisfaites des explications de leurs médecins concernant les ordonnances prescrites. Dans les communes rurales, ce taux de satisfaction remonte heureusement pour atteindre 81 %. Il est en tout cas primordial que les médecins traitants accompagnent leurs ordonnances de directives très claires, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de personnes âgées. Plus d’un individu sur deux ignore la fonction du médicament prescrit, et ce phénomène tend à s’aggraver depuis que le remplacement des médicaments habituels par des génériques aux noms différents. La confusion s’installe, entraînant une mauvaise observance du traitement. De plus, les troubles auditifs ou visuels font parfois obstacles à la compréhension des indications du médecin. Pour éviter tout accident, le pharmacien devrait également s’assurer que le patient ait bien intégré la posologie lorsqu’il délivre les remèdes.

Une sérieuse menace pour les aînés

Les aînés souffrant de troubles cognitifs doivent faire l’objet d’une vigilance toute particulière : leur mémoire, de temps à autre défaillante, provoquent des oublis de traitement ou au contraire des surdosages. De plus, ces patients fragiles, absorbent pendant des années des psychotropes aux nombreux effets indésirables, alors qu’une prise en charge psychologique apporte souvent une meilleure réponse au mal-être dont ils souffrent. Par ailleurs, les personnes âgées consultent parfois plusieurs praticiens : certains médecins ne prennent pas la peine de s’informer sur les traitements déjà prescrits par leurs confrères.  Or, les interactions entre les substances ont parfois de graves conséquences. On estime que 10% des hospitalisations de personnes âgées seraient dues à un accident iatrogène, c’est-à-dire un usage erroné de médicaments. Pour réduire les risques, il serait souhaitable que la France s’inspire des États-Unis, ou le médecin-référent effectue un point annuel avec le patient âgé sur l’ensemble des traitements en cours.

Chutes et blessures - une piste pour mieux guérir les aînés

17 mars 2010

Un médicament prescrit pour traiter les cas d’ostéoporose grave pourrait également permettre une guérison plus rapide de la rupture de la coiffe des rotateurs, une blessure souvent observée chez les personnes âgées après une chute. Le Forteo, un traitement qui stimule la formation du tissu osseux et du cartilage, semble également renforcer l’interface tendon-os après une opération réparatrice. Les recherches n’étant pas encore suffisamment probantes, les chercheurs conseillent en attendant d’autres mesures pour optimiser l’intervention.

Chutes et blessures – une piste pour mieux guérir les aînés - Source de l'Image : http://www.lilly-argentina.comUn nouveau traitement pour les aînés blessés suite à une chute
La rupture de la coiffe des rotateurs, située au niveau de l’articulation de l’épaule, est une conséquence courante des chutes chez les personnes âgées, dont les tendons sont plus usés. Cette blessure est particulièrement douloureuse et provoque une impotence fonctionnelle. La chirurgie réparatrice permet d’atténuer les douleurs, mais de nombreux patients ne retrouvent pas toutes leurs facultés, à cause d’une mauvaise cicatrisation des tendons rompus. Une nouvelle recherche réalisée à l’Hospital for Special Surgery de New York montre qu’un médicament prescrit pour traiter les cas d’ostéoporose grave, le Forteo (tériparatide injectable), pourrait accélérer le processus de récupération et améliorer les résultats de l’opération. La coiffe des rotateurs est un ensemble de tendons de quatre muscles de l’articulation de l’épaule. La rupture de la coiffe des rotateurs a lieu lorsqu’un tendon se déchire. La chirurgie réparatrice peut réinsérer le tendon rompu dans l’os mais l’opération n’est pas toujours réussie : le tissu cicatriciel qui se forme à cet endroit est souvent moins résistant que le tissu d’origine.

Un moyen d’optimiser l’intervention chirurgicale
Récemment approuvé par la FDA américaine, le Forteo stimule la formation du tissu osseux et ralentit la perte osseuse. Il favorise aussi, d’après la littérature médicale, la formation du cartilage. Partant de ce principe, les chercheurs ont émis l’hypothèse que le Forteo pourrait améliorer le processus de cicatrisation après une opération de la coiffe des rotateurs. Des expériences réalisées sur des modèles animaux ont donné des résultats encourageants : plusieurs semaines après avoir reçu du Forteo, l’interface  tendon-os des rats opérés ressemblait au tissu d’origine (et non à un tissu cicatriciel moins solide). Non seulement les rats produisaient plus de tissus osseux et de cartilage, mais en outre l’organisation de ces tissus était de meilleure qualité et plus proche de celle des tissus normaux !  Des recherches supplémentaires sont toutefois nécessaires avant de lancer un traitement similaire pour les blessures humaines. En attendant, les chercheurs encouragent les patients à faire appel aux techniques déjà connues pour améliorer la cicatrisation des blessures dues aux chutes.

Du thé vert pour lutter contre la maladie d’Alzheimer ?

15 mars 2010

Les Chinois le savent depuis des millénaires : le thé vert regorge de bienfaits pour la santé. Une consommation régulière de thé vert est connue pour son effet préventif sur les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Des études montrent maintenant que les bénéfices des antioxydants contenus dans le thé vert ne s’arrêtent pas là. L’EGCG, composante la plus puissante de cette boisson aux mille vertus, serait capable de prévenir la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles touchant les personnes âgées.

Du thé vert pour lutter contre la maladie d’Alzheimer ? - Source de l'Image : http://www.web-libre.orgUn extrait de thé vert pour prévenir la maladie d’Alzheimer
Les études prouvant les bienfaits du thé vert pour la santé se multiplient ces dernières années. On connaît les effets de la boisson si populaire en Chine et au Japon dans la prévention des maladies cardiovasculaires, du diabète et de certains cancers. Des études canadiennes ont notamment révélé que la consommation de thé vert favorise le bon fonctionnement des neurones, en contribuant à préserver les fonctions cérébrales et la réparation des cellules endommagées du cerveau. Une nouvelle étude scientifique, réalisée par le Dr Stéphane Bastianetto de l’Université Mc Gill à Montréal, renforce ces hypothèses. Cette étude montre que le thé vert pourrait prévenir ou du moins ralentir le développement des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et les troubles apparentés. Le chercheur a observé l’effet de la consommation d’un extrait pur à 50% d’EGCG, un puissant antioxydant se trouvant dans le thé vert et produit pas la société A. Holliday & Compagny.

Un antioxydant capable de protéger de diverses maladies
L’expérience effectuée par le Dr. Bastianette a permis de faire la constatation suivante : les rats alimentés avec de la nourriture à base de Teawell 50 présentaient 18 % moins de radicaux libres dans la région cérébrale liée à la mémoire et endommagée par la maladie d’Alzheimer, par rapport au groupe témoin. Ce constat, s’il est vérifié sur les êtres humains, prouverait qu’une consommation régulière de thé vert pourrait prévenir les effets délétères du stress oxydatif. Le gallate d’epigallocatechin (EGCG) est un composé chimique (catéchine) entrant dans la composition des polyphénols. Cet antioxydant élimine les radicaux libres, ces molécules instables qui attaquent le corps et le rendent vulnérable à diverses maladies. L’EGCG est ainsi capable de réduire les risques de cancer, de crise cardiaque et de rhumatisme articulaire. Il diminue les niveaux de cholestérol et les caries dentaires. Il stimule le système immunitaire, active le métabolisme, brûle les mauvaises graisses et agit comme antibactérien et agent antiviral. Une chose est sûre à présent : une bonne tasse chaude de thé vert ne peut que faire du bien !

Une nouvelle antenne France Alzheimer à Nérac

10 mars 2010

Un événement très attendu a eu lieu fin février à Nérac, dans le Lot-et-Garonne. Il s’agit de l’ouverture de la nouvelle permanence régionale du réseau France Alzheimer. Les bénévoles, Gérard et Françoise Collié, chargés de répondre aux questions des intéressés, font eux-mêmes partie des familles confrontées à la maladie d’Alzheimer.

Une nouvelle antenne France Alzheimer à Nérac - Source de l'Image : http://alzheimer29.typepad.frLa précieuse action de France Alzheimer
Le réseau France Alzheimer aide depuis 1985 les malades et leurs familles à travers toute la France. Reconnue d’autorité publique depuis 1991, c’est aujourd’hui un organisme phare dans le soutien aux familles touchées par la maladie d’Alzheimer, avec plus de 90 000 adhérents et donateurs.  La nouvelle antenne départementale de Nérac sera désormais ouverte aux familles le dernier vendredi de chaque mois. Outre le fait d’offrir une écoute attentive aux aidants familiaux, Gérard et Françoise Collié proposeront entre autres des renseignements utiles sur les associations et services pour le maintien à domicile, les maisons de retraite et les structures spécialisées dans l’accueil de malades d’Alzheimer. Ces rencontres seront également l’occasion de faire connaissance avec des familles confrontées à la même situation. Ensemble, les proches aidants de personnes atteintes d’Alzheimer pourront échanger leurs expériences et se soutenir mutuellement dans leur difficile tâche d’accompagnement du malade.

Près de 8000 malades d’Alzheimer en Lot-et-Garonne
On estime à 8000 le nombre de personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer sur le département de Lot-et-Garonne. Comme  dans d’autres régions de province, les structures d’accueil spécialisées pour les individus atteints d’Alzheimer ou de troubles apparentées sont rares. Il faut souvent s’armer de patience en attendant qu’une place se libère. Par conséquent, la plupart des malades d’Alzheimer sont maintenus à domicile par des aidants familiaux souvent eux-mêmes âgés. Souvent désemparés face à la progression de la maladie, ces aidants ont besoin d’être soutenu et conseillé pour apprendre à gérer plus sereinement la prise en charge de leur proche. La nouvelle antenne de France Alzheimer à Nérac devrait donc leur apporter un précieux réconfort.

Renseignements sur l’antenne France Alzheimer : 05 53 47 90 67

Une conférence pour mieux connaître la maladie d’Alzheimer

8 mars 2010

La commune de Saint-Girons dans le Tarn-et-Garonne a accueilli le 25 Février dernier une conférence exceptionnelle en faveur des malades d’Alzheimer. Née d’une initiative franco-québécoise, cette réunion a permis de poser un nouveau regard sur la maladie. Johanne Langlois, spécialiste mondiale de la maladie d’Alzheimer, a répondu aux questions  posées par les aidants familiaux et les professionnels du secteur sanitaire et social.

Une conférence pour mieux connaître la maladie d’Alzheimer -Source de l'Image : http://www.nicematin.comUne prise en charge plus humaine de la maladie d’Alzheimer
Partageant sa vaste expérience avec l’assistance, la neuropsychologue Johanna Langlois a abordé plusieurs aspects thérapeutiques trop souvent ignorés en Europe. Outre le traitement médicamenteux indispensable, l’accompagnement humain de la personne malade est essentiel pour lui garantir un maintien du lien social et donc un ralentissement de l’évolution des symptômes. La conférencière québécoise a rappelé que l’isolement aggrave l’état de santé de l’individu souffrant d’Alzheimer, tandis que la stimulation et les contacts sociaux ont des effets bénéfiques sur son bien-être. Cet axe du traitement est bien plus développé outre-Atlantique qu’en France, grâce à l’excellente formation dispensée là-bas. La thérapeute a également préconisé une approche plus respectueuse du malade, notamment par le bannissement de certains termes indélicats utilisés pour désigner la pathologie tel que le mot ‘’démence’’.  Par le biais de cette conférence, Johanne Langlois espère avoir fait évoluer les esprits concernant le regard général porté sur la maladie d’Alzheimer.

Des thérapies pour mieux assumer la maladie d’Alzheimer
L’Association couserannaise de maintien à domicile ainsi que Accueil Alzheimer 82 souhaitent s’inspirer des méthodes qui ont fait le succès de Johanne Langlois. Forte de vingt ans d’expérience, les progrès qu’elle obtient grâce à ses techniques sont probants. Au Québec, Johanne Langlois a fondé en 1998 un programme constitué de groupes de paroles destinés aux malades d’Alzheimer en phase précoce. Ils sont invités à partager ensemble leurs émotions, et leurs craintes face à l’avenir incertain qui les attend. Dans le cadre intime de ces rencontres, les malades et leurs familles ont enfin pu se réunir et échanger avec l’écoute d’une oreille attentive et professionnelle. La réussite retentissante de ce programme a fait de Johanne Langlois la référence mondiale en la matière.  Plusieurs conférences autour du même thème sont prévues en France.

Des handicapés brisent l’isolement des aînés

3 mars 2010

Lorsque la perte d’autonomie apparaît, de nombreux aînés se retrouvent isolés s’ils n’ont pas de famille à proximité. Consciente de ce problème, l’association « Sarth 72 » se charge depuis dix ans d’aider à domicile les personnes âgées du département : cette association ne recule devant aucun défi puisqu’elle agit en intégrant par la même occasion des travailleurs handicapés.

Des handicapés œuvrent contre l’isolement des ainés -Source de l'image : http://www.parigneleveque.frRompre la solitude des aînés

Si le département de la Sarthe bénéficie d’un charmant caractère rural, son inconvénient est le manque de services adaptés à la population âgée en perte d’autonomie. Basée à Parigné l’Evêque, l’association Sarth 72 œuvre quotidiennement à combler cette lacune en offrant aux aînés de la région diverses prestations, tels que des travaux ménagers, du petit bricolage, mais surtout, la livraison à domicile de repas, dont le cout est en partie pris en charge par le conseil général. La formule fonctionne, puisque 140 000 repas sont livrés chaque année dans les 27 communes qui bénéficient du service. L’initiative est d’ailleurs largement saluée, comme en témoigne la contribution de la société Veolia à l’acquisition d’un camion réfrigéré pour le transport des denrées alimentaires.

Des travailleurs handicapés au service des aînés
Les personnes handicapées subissent fortement la discrimination a l’embauche dans les secteurs d’emploi traditionnels. Pour lutter contre ce phénomène d‘exclusion, les dirigeants de l’association Sarth 72 ont décidé d’embaucher des personnes souffrant d’invalidité pour effectuer les divers services proposés aux personnes âgées. Plus qu’un revenu financier, c’est un tremplin pour trouver ou retrouver une place dans la société, un lien avec autrui. Ce bel exemple d’intégration fonctionne pleinement puisque cinq salariés travaillent quotidiennement au sein de l’association depuis maintenant six ans. Espérons que d’autres organismes s’inspireront de ce cercle vertueux de solidarité, pour lutter contre l’exclusion.

Québec, relance du débat sur l’euthanasie

1 mars 2010

Quand la douleur devient intolérable et que la maladie ne semble laisser aucun espoir de guérison, certains patients exigent parfois d’abréger leurs souffrances. Souvent exprimées par des personnes âgées, ces requêtes suscitent de graves questions sur le plan éthique. La légalisation de l’euthanasie – ou suicide assisté -  demeure un sujet très sensible dans de nombreux pays. Certains comme les Pays-Bas l’autorisent, d’autres comme la France l’interdisent. C’est à présent au Québec que se déroule actuellement un débat très animé sur ce dossier épineux.

Québec : relance du débat sur l’euthanasie - Source de l'Image : http://jphmtl4141.files.wordpress.com/2008/09/euthanasie.jpgLe Parlement québécois entame des auditions sur l’euthanasie
Les auditions de la commission parlementaire sur le droit de mourir dans la dignité se sont ouvertes le 15 février dernier au Québec. Plusieurs dizaines d’experts, universitaires et représentants d’associations ont été conviés à prendre part à ces débats. L’Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité figurait parmi les premiers intervenants.  Après avoir évoqué le témoignage difficile d’une femme de 53 ans atteinte d’un cancer généralisé, la présidente de l’association Hélène Bolduc a estimé qu’il faut décriminaliser l’euthanasie et le suicide assisté tout en fixant des principes et limites très clairs dans le cadre d’une loi. Selon elle, le patient concerné devrait entre autres avoir exprimé clairement sa volonté. S’il n’en est plus capable, il devrait avoir laissé un consentement écrit avant que l’aggravation de la maladie ne l’en empêche.

Légalisation de l’euthanasie : des abus sont à craindre
La position de Mme Bolduc est toutefois loin de faire l’unanimité au Québec. Le Comité national d’éthique sur le vieillissement (CNEV) s’est notamment positionné contre une éventuelle légalisation de l’euthanasie, susceptible d’engendre de dangereux abus. Selon le CNEV, des malades et personnes âgées pourraient être contraints de subir un suicide assisté suite à des pressions exercées par leur entourage.  Certaines personnes auraient ainsi recours à l’euthanasie uniquement pour soulager leurs proches plutôt que pour eux-mêmes. Ce cas de figure inquiétant n’est d’ailleurs pas théorique : le Dr Philippe-Nootens, membre du CNEV et auteur d’un mémoire sur l’euthanasie, rapporte qu’un nombre croissant de personnes âgées fuient les Pays-Bas pour s’installer en Allemagne par crainte que l’on profite de leur vulnérabilité pour abréger leur vie! Par ailleurs, le CNEV soupçonne le gouvernement de soutenir l’euthanasie dans le but d’alléger les dépenses de santé du pays… Pour les opposants à l’euthanasie, l’amélioration des soins palliatifs reste de loin préférable à une législation libérale comprenant de sérieux risques de dérives.