Archive pour le mot-clef ‘Littérature’

Témoignage : Frappée d’Alzheimer à 45 ans

Jeudi 2 juillet 2009

Dans son livre « J’ai peur d’oublier », Fabienne Piel, mère de famille épanouie de 45 ans, raconte son combat quotidien contre la maladie d’Alzheimer. Un témoignage bouleversant, à l’heure où ce terrible fléau ne touche pas que les personnes âgées…

Témoignage : Frappée d'Alzheimer à 45 ans -Source de l'image:http://www.laprocure.comUn combat quotidien contre Alzheimer

Noter les idées passagères sur un calepin, mettre des Post-it partout pour savoir où sont les clefs, le sac, le téléphone… Bref, ne pas perdre la mémoire. Mais les faits sont là : depuis 7 ans déjà, Fabienne Piel lutte au quotidien contre « sa peur d’oublier ». Ecrire fait partie de la thérapie. Si les souvenirs des faits s’amenuisent, les émotions comme l’angoisse, la panique et le désespoir sont bien là. Et puis il y a aussi un peu de honte, de culpabilité envers les proches, l’impuissance ou l’incompréhension de leur côté… Cette peur d’oublier, c’est celle de perdre sa vie et son passé, « la peur de ne plus reconnaître son mari et ses enfants, et au bout du compte de ne plus savoir qui elle est ».

Une histoire difficile

A la regarder, Fabienne Piel, 45 ans, a tout d’une femme épanouie, heureuse au milieu de ses trois enfants. Pourtant, cette femme au sourire doux cache un combat difficile depuis ses 39 ans : elle fait partie de ces 30000 Français de moins de 65 ans touchés par la maladie d’Alzheimer… Contrainte de vivre avec la maladie, de se maîtriser pour ne pas devenir folle car « ses émotions sont multipliées par 10, par 20… », elle a parfois besoin de calme et de vide pour se retrouver intérieurement. Moments d’absence nécessaires à son équilibre… «Architecte d’un mur qu’elle bâtit brique par brique, la maladie nous relègue à l’intérieur de nous-mêmes (…) Nous végétons dans un monde parallèle ».

Un livre pour témoigner

Fabienne Piel a voulu raconter son histoire, et « cette étrange impression de perdre la tête ». Son livre de 233 pages, « J’ai peur d’oublier » aidera sûrement les personnes concernées. Témoignage pour faire comprendre ce qu’un malade ressent, mais aussi pour informer le grand public sur le fait que « même les personnes jeunes sont touchées ». En parallèle, elle témoigne sur les plateaux télé à l’occasion de la présentation de son livre. Son courage et sa volonté en ont ému plus d’un, dont le célèbre animateur-vedette Thierry Ardisson. En fin d’interview, celui-ci conclut, des trémolos dans la voix : « Je ne sais pas si ça peut vous aider mais nous on ne vous oubliera pas »…


« J’ai peur d’oublier » de Fabienne Piel – Editions Michel Lafon

Alzheimer : « J’ai commencé mon éternité » d’Edith Fournier

Mardi 19 mai 2009

Edith Fournier vient de publier aux Editions de L’Homme son troisième ouvrage de 250 pages, « J’ai commencé mon éternité ». Cette psychologue, épouse du cinéaste français Michel Moreau, nous livre ici un témoignage bouleversant sur la grave maladie de son mari, et son quotidien avec Alzheimer et Parkinson.

Vivre Alzheimer au quotidien

Le livre choc d’Edith Fournier nous raconte son histoire, celle d’un docteur en psychologie épouse d’un cinéaste qui entrent heureux dans la soixantaine, après 35 ans de vie commune. Jusqu’au jour où leur vie vient à être bouleversée par deux intrus : les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Comment faire face à la dégénérescence de l’être aimé ? Où puiser la force de l’accompagner au quotidien vers sa perte d’identité ? Deux choix : « Mourir de fatigue ou mourir de chagrin »… Dans ce livre, Edith Fournier se libère, et nous livre le témoignage vibrant et beau de l’épouse fidèle, qui accompagnera son compagnon de toujours jusqu’au bout du chemin. Impuissance, impatiences, culpabilité, colères, doute, appels à l’aide, angoisse, séparation, éloignement et solitude…autant de sentiments que le proche doit affronter au quotidien, comme s’il souffrait plus que l’être malade.

Livre alzheimer

Livre alzheimer

Etrangement, lorsque la mémoire s’efface d’un côté, les souvenirs de moments complices affleurent de l’autre. Malgré la douleur, les journées sont ponctuées de petits bonheurs, de tendresse, et de drôleries. Dans les silences, soudain jaillit une joie et un amour insoupçonnés ! «Je ne fabule pas. J’essaie seulement de dire que le meilleur se cache parfois dans le pire ». Ce livre est finalement plus qu’un témoignage, il est une véritable histoire d’amour et de changement qui s’adresse à tous ceux qui sont touchés par cet étrange parcours vers la voie de l’éternité… où l’amour est le plus fort.

« J’ai commencé mon éternité » - Edith Fournier - 21 € - Les éditions de l’Homme (256 pages).