Archive pour le mot-clef ‘Parkinson’

l’Association France Parkinson appelle à la mobilisation des malades

Mercredi 8 avril 2009

Les premiers Etats généraux de la maladie de Parkinson

A l’occasion de la journée mondiale contre la maladie de Parkinson, l’Association France Parkinson appelle à la mobilisation des malades et des proches en lançant ses « Premiers Etats Généraux », le 8 avril 2009. Explications.
Mobilisation contre Parkinson
Le 8 avril 2009, à la Maison de la Chimie à Paris, se déroulera le lancement officiel des Premiers Etats Généraux des personnes souffrants de la maladie de Parkinson. De quoi s’agit-il ? Devant l’isolement, l’incompréhension ou même la discrimination, les personnes concernées par la maladie décident de se rassembler pour informer l’opinion publique, mais aussi pour faire pression sur les pouvoirs publics afin d’améliorer leur prise en charge médicale et sociale.

Le programme des Etats Généraux
Suite au lancement du 8 avril, le programme se déroulera donc en trois temps :
- d’avril à juin  2009 : phase d’écoute et d’échanges. Dans plusieurs villes de France, des comités locaux organiseront des rencontres, noteront des témoignages de personnes malades, et présideront des réunions publiques dans 10 grandes métropoles.
- de septembre à novembre 2009 : phase de débats et de concertations. Les malades Parkinson débattront avec les professionnels et les institutionnels (médecins de ville et d’hôpitaux, personnel paramédical, secteur social, responsables politiques) pour exposer leurs « doléances »…
- Dans un an, en avril 2010, les propositions les plus concrètes seront présentées dans un Livre Blanc, transmis aux autorités publiques en charge de la santé. Pour la première fois en France, un document référencera les difficultés de vie, les attentes et les propositions des personnes touchées par la maladie de Parkinson.

Inscriptions et informations : www.franceparkinson.fr

Parkinson : la lumière pour aider au diagnostic

Mardi 31 mars 2009

Une étude britannique vient de révéler qu’une lumière puissante d’un million de watts pourrait aider les médecins à déceler les premiers signes de la maladie de Parkinson.
Parkinson : la lumière d’un super-microscope

Selon la BBC News, une équipe de chercheurs de l’Université Keele en Grande-Bretagne révèle qu’un « Super-Microscope » pourrait permettre de déceler les moindres changements cellulaires, avant même que ces mêmes cellules ne soient détruites par la maladie de Parkinson. C’est ce qu’affirme le Dr Joanna Collingwood devant « l’American Association for the Advancement of Science », en avançant le fait que cette nouvelle technique révolutionnaire permettrait de traiter les patients Parkinson beaucoup plus tôt.

Quel est donc ce « super-microscope » ?

C’est à l’aide du « Diamond Light Source », un synchrotron situé dans l’Oxfordshire en Grande-Bretagne, que cette découverte a été rendue possible. Cet accélérateur de particules, grand comme 5 terrains de football, permet de concentrer un rayonnement de particules inimaginable, d’une intensité d’un million de watts. Cette prouesse permet de mesurer la teneur en fer dans chacune des cellules cérébrales.

Une difficulté pratique…

La méthode d’observation des cellules cérébrales réside dans le fait que la prise de mesures n’altère pas la teneur, ni la distribution en ions métalliques des cellules étudiées. D’après le Dr Collingwood, il faudrait que chaque patient concerné se retrouve exposé le plus tôt possible au microscope pour débusquer les premiers signes de la maladie, et ainsi les traiter efficacement. Mais qui exposer ? A quel moment ? Comment ? En fait, il s’agit d’un vrai casse-tête en pratique…

Alzheimer : attention aux troubles du sommeil.

Vendredi 6 février 2009

Alzheimer conseil

Alzheimer conseil

Selon des recherches scientifiques menées au Canada, les troubles du sommeil paradoxal constitueraient un symptôme annonciateur des maladies neuro-dégénératives. Un nouvel indice pour le dépistage précoce des maladies comme Alzheimer ou Parkinson…

Le lien entre troubles du sommeil et maladie d’Alzheimer
L’étude a été réalisée pendant 5 ans par des médecins de l’Université McGill (CUSM), au Québec. Sur 93 personnes, l’étude montre que 52.4% des patients souffrants de trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP) développent une maladie neurodégénérative dans les douze années suivants leur diagnostic initial ! De même, l’étude prouve que ces mêmes patients ont 17.7% de probabilités de développer une telle maladie dans les 5 ans, et 40.6% après 10 ans. Le Dr Postuma, neurologue au CUSM conclut : « Ces résultats établissent clairement un lien, et indiquent que ces troubles du sommeil pourraient être un symptôme prédictif des maladies neurodégénératives ».

Quels sont les troubles du sommeil pris en compte par l’étude ?

Le trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP) fait partie des parasomnies, comme les cauchemars ou les paralysies du sommeil. Il se produit durant la phase des rêves et se caractérise par des mouvements brusques, un état d’agitation ou des cris nocturnes. Ce trouble est relativement peu fréquent, car il est principalement observé chez les hommes après la cinquantaine. Il ne s’agit donc pas de simples insomnies.

Un indice à prendre en compte impérativement
Devant l’évidence des conclusions de l’étude, les médecins-chercheurs avertissent : « Ces patients doivent être suivis médicalement avec beaucoup d’attention : leur observation peut définir des symptômes avant-coureurs de maladies telles que Parkinson, mais aussi Alzheimer ». Ces maladies étant encore difficiles à diagnostiquer à un stade très avancé, des données sur les symptômes annonciateurs seraient une aide précieuse dans la pratique. A noter que les médicaments qui soignent les troubles du sommeil paradoxal ne ralentissent pas les maladies neuro-dégénératives.