Archive pour le mot-clef ‘unité protégée’

A Reims, l’accueil de jour Alzheimer au secours des familles

Mardi 10 mars 2009

A Reims, comme partout ailleurs, la maladie d’Alzheimer se répand parmi la population. De fait, malades, conjoints, familles, aidants et professionnels de la santé se battent au quotidien, ensemble, contre le fléau. Parfois jusqu’à l’épuisement.

Alzheimer : à Reims, on n’oublie pas les familles

La maladie d’Alzheimer ne concerne pas seulement les patients. Elle touche aussi les proches, qui s’épuisent dans l’accompagnement de leur malade. Dans l’idée d’accorder un peu de répit à ces aidants familiaux mal formés à leur nouvelle tâche, l’accueil de jour de Reims est une solution pour quelques heures… « Heureusement, l’accueil de jour existe, parce que je craquais et je pleurais. Aujourd’hui, je me sens détendue », déclare la conjointe d’un malade nouvellement accueilli par le tout nouveau centre Alzheimer de Reims.

A Reims, un « moment de répit » pour tous

Malgré l’attachement aux personnes malades, les aidants ont tous besoin d’un «moment de répit qui libère l’esprit ». En fin de journée, quand la personne âgée revient à la maison, tout le monde est plus détendu. Et puis, l’accueil de jour Alzheimer de Reims est une structure adaptée, où le malade est en sécurité, et où des activités d’épanouissement sont proposées. Hé oui, ces structures de « répit » sont aussi un moyen d’évasion pour les malades : Luc vient à l’accueil de jour « parce qu’on s’y amuse autrement qu’en ville […] on s’y sent bien en toute convivialité ». Le centre ressemble d’ailleurs étrangement à un grand appartement, lumineux et bien décoré, où la journée commence autour du petit déjeuner. Et puis, les portes des pièces ont été supprimées pour plus de liberté !

A Reims : un centre de gymnastique Alzheimer !

La salle de sports SPLOSA (Sports-Loisirs-Santé) de Reims donne des cours de gymnastique pour tous niveaux, et tous les âges : outre les séances pour les enfants de 3 à 6 ans (baby-gym), pour une remusculation postnatale ou dans un but diététique, SPLOSA propose aussi des cours de gymnastique « Seniors », même assis sur une chaise !

De plus, SPLOSA a étendu ses cours à un nouveau public : les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. La gymnastique est très bénéfique pour ces patients à plusieurs niveaux : cela stimule les sens, fait prendre conscience de son corps, et les séances verbalisées permettent l’apprentissage de gestes simples par leur répétition afin de stimuler la mémoire.

Enfin, l’intervention d’un éducateur sportif extérieur à l’établissement de soins permet de sortir du quotidien tout en mettant en relation un visage et une activité ponctuelle. La gymnastique douce en elle-même est bien sûr perçue sous un aspect ludique pour plus de communication et de convivialité.

Renseignements :

SPLOSA – 44 rue du Monts d’Arène 51100 Reims

Tel : 03.26.05.70.02 ou 06.22.34.17.24

Site internet : www.Splosa.com
Agrandir le plan

Alzheimer : les places d’hébergement spécifique en progression

Jeudi 5 mars 2009

Selon une récente étude que la fondation Médéric Alzheimer, le nombre de places d’hébergement dédiées aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et recensées en 2008 atteint + 13 % par rapport à 2006.

Alzheimer : une progression des places d’hébergement spécifique

L’étude de la Fondation Médéric Alzheimer est basée sur le nombre de places d’hébergement disponible pour les patients Alzheimer dans des unités spécifiques (1533 établissements) ou des établissements entièrement dédiés à ces malades (145 établissements). En 2 ans, il se trouve que ce nombre a progressé de 13%, allant de 30.330 à 34.260 places spécifiques en France. Mais, malgré la progression de cette offre de places spécifiques, elle ne représente « qu’une faible part des 682.000 places d’hébergement pour personnes âgées en France », regrette la fondation.

Le Plan Alzheimer 2008-2012 : bien insuffisant

Le nouveau plan Alzheimer lancé en 2008 par le gouvernement français prévoit de « généraliser la création d’unités spécifiques ». L’objectif est d’atteindre « 30000 places en EHPAD, adaptées à la gravité des troubles du comportement », soit « 12 000 places à créer » et « 18 000 places à renforcer ». Ce qui semble bien insuffisant au regard de l’avancée de la maladie. La famille des malades se tourne alors vers le secteur privé, au grand dam du secteur public. En effet, parmi les 145 établissements entièrement dédiés à l’accueil de malades Alzheimer, seuls 14% dépendent du secteur public contre 42% pour le privé commercial, et 44% pour le privé non lucratif.

Alzheimer : la nécessité d’une formation spécifique

D’autre part, d’après les conclusions de cette même étude, les établissements disposant d’une unité spécifique ont un personnel spécialement formé à la prise en charge des patients atteints d’Alzheimer. 24% d’entre eux ont fait suivre cette formation à l’ensemble de leur personnel. Quant aux établissements spécifiques Alzheimer, 63% d’entre eux ont choisi de former leur personnel. Devant la nécessité d’une formation spécifique concernant la maladie d’Alzheimer, le Plan Alzheimer prévoit une formation des infirmiers et des assistantes sociales, qui deviendront des « coordinateurs de soins ». Dans cette vague de formation, Valérie Létard, secrétaire d’Etat à la Solidarité, a déclaré préparer « un plan d’attractivité des professions en gériatrie et gérontologie pour les jeunes scolarisés au lycée et au collège ». Ainsi, on essaie d’anticiper le vieillissement de la population en formant les écoliers…